L'Opéra du Grand Avignon se met à l'heure orientale avec Lakmé

India dreams…Vu par Zibeline

L'Opéra du Grand Avignon se met à l'heure orientale avec Lakmé - Zibeline

… ou le récit fantasmé d’une Inde sous l’empire colonial, colorée, odorante, mettant aux prises les indigènes avec les colons britanniques, est une série de Charles, bien connue des bédéphiles avertis, faisant la part belle à ces récits exotiques largement en vogue au XIXème siècle.  Lakmé, composé en 1883, est certainement un des opéras les plus revendicatifs de cette période « colorée ». Il faut dire que Léo Delibes s’est appliqué à travers de somptueuses mélodies, de pages orchestrées et bigarrées, à narrer l’histoire de cet amour impossible entre une hindoue et un officier anglais, qui, à l’instar de Madame Butterfly, autre récit exotique, finira dans le drame. On peut certes reprocher à cet ouvrage les clichés mélodiques, les artifices harmoniques qui paraissent aujourd’hui bien surannés, on peut cependant apprécier et mettre en avant le superbe alliage entre modalité et tonalité ainsi que la maîtrise de la virtuosité vocale au service de l’expressivité. Le fameux « air des clochettes » restera à jamais comme une des plus belles pages jamais écrites pour la voix. Et celle de la jeune soprano, Sabine Devieilhe, pure, belle, gracieuse, a illuminé l’ouvrage de Delibes, tant par son irréprochable justesse que par la perfection de sa technique et son impeccable musicalité. Il faut dire que toute la distribution vocale autour d’elle lui a facilité la tâche: de Malika, Julie Boulianne, à Christophe Gay, Frédéric, en passant par le ténébreux Nicolas Cavallier, Chloé Briot, Ludivine Gombert, Julie Pasturaud, Loïc Félix…ils tinrent tous leur rôle parfaitement . Florian Laconi, fidèle de l‘Opéra Grand Avignon, ne fut également pas en reste dans son rôle du colon anglais amoureux tenant la dragée haute à Sabine Devieilhe. Le seul petit bémol réside dans une emphase vocale un peu excessive avec une palette vocale insuffisamment diversifiée pour répondre aux nuances extrêmes de l’œuvre; petit reproche que l’on peut faire également à l’orchestre parfois un peu éloigné de l’univers tout en finesse du compositeur. Il n’en reste pas moins que le spectacle fut d’une grande qualité artistique, récompensé à sa juste mesure par les applaudissements nourris d’un public venu en nombre se délecter des délices de l’Orient.

CHRISTOPHE FLOQUET
Mars 2016

L’opéra Lakmé a été donné le 20/03/2016 à l’Opéra du Grand Avignon.

Photographie © Cédric Delestrade-ACM Studio

 

Opéra-Théâtre du Grand Avignon
1 Rue Racine
84000 Avignon
04 90 82 81 40
http://www.operagrandavignon.fr