In aeternum…

 - Zibeline

« Si… sol# si sol#… » au violoncelle débute sa Louange, un long thème infini, figure de « l’éternité » chère à Messiaen, sombre, profonde, et toujours fardée de lumière, celle de l’Espérance… Au piano, des accords saisissants de simplicité rythment un temps du delà de la fin, avec la régularité doucement bancale d’un métronome qui s’incline devant l’aspiration à « l’immortalité ».

Elle devait jouer ce 24 juillet, à flanc de rocher sous la falaise au sommet duquel est planté le village de Gordes. Ses amis et partenaires ont pris le relais: ils passent le témoin. A l’incipit, la 5ème page du Quatuor pour la fin du temps célèbre tout à la fois le manque et le souvenir tangible de la pianiste Brigitte Engerer disparue un mois plus tôt à l’âge de 59 ans. Boris Berezovsky, tout en sobriété, s’efface au fil du concert devant le chant souverain et la présence hallucinée d’Henri Demarquette, dans la Sonate de Britten où plane irrémédiablement l’ombre de Rostropovitch, celle de Rachmaninov écrite au sortir d’une longue dépression… jusqu’au nécessaire « chant » du Cygne… quand Saint-Saëns célébrait la Beauté que, sans relâche, la pianiste visait.

JACQUES FRESCHEL

Ce concert hommage à Brigitte Engerer a eu lieu au Théâtre des Terrasses, Gordes, dans le cadre du festival international de piano de la Roque d’Anthéron


Abbaye de Silvacane
Route Départementale 561
13640 La Roque-d’Anthéron
04 42 50 41 69
http://www.abbaye-silvacane.com/