Vu par Zibeline

Cosi fan tutte version Christophe Honoré, à voir jusqu’au 19 juillet dans le cadre du Festival d’Aix

Impudiques jeux du désir

• 30 juin 2016⇒19 juillet 2016 •
Cosi fan tutte version Christophe Honoré, à voir jusqu’au 19 juillet dans le cadre du Festival d’Aix - Zibeline

Dès l’ouverture de Cosi fan tutte, le metteur en scène Christophe Honoré donne le ton : Guglielmo, soldat de Mussolini en Erythrée, viole une jeune africaine. Dès lors s’exprimera sur la scène de l’Archevêché toute une violence résultant des tensions du désirs, des affres de l’amour, qui sous-tend le tableau teinté de marivaudage et d’orientalisme imaginé par le tandem Mozart/Da Ponte à la fin du XVIIIe siècle. Dans cette transposition coloniale de l’opus, c’est l’étrangeté qu’on examine aussi, l’attirance/répulsion qu’éprouve l’occidental(e) pour l’indigène, ici incarnée symboliquement par Despine (Sandrine Piau), et les héros sont d’emblée antipathiques : soldats oppressifs, filles de colons méprisantes à l’égard des serviteurs de couleur. Si le jeu maléfique est orchestré par le vieux colon pervers Alfonso (Rod Gilfry), chaque couple, artificiellement reformé, va vivre son expérience de façon opposée. Guglielmo entraîne Dorabella (Kate Lindsey) dans une relation essentiellement physique, quand Ferrando (Joel Prieto) et Fiordiligi (Lenneke Ruiten) vivent un vrai choc amoureux. De surcroît, cette dernière succombe en parfaite (re)connaissance (entorse au livret !), ayant dévisagé son partenaire sous son masque de négritude ! Deux scènes d’amour se répondent : les gestes sont quasiment identiques… la première heurte, brutale et vulgaire, la seconde s’avère sensuelle et tendre. Au final, Fiordiligi refusera de se plier à la convention (autre entorse !) et ignorera la main tendue (fort brutale, on la comprend !) de son fiancé originel. Le procédé de changement de décor (Alban Ho Van) est judicieux : on passe, d’un acte à l’autre, de l’extérieur à l’intérieur orientalisant d’un fortin du désert, alors qu’on pénètre en même temps dans l’intimité, le cœur des jeunes filles prêtes à la nouvelle expérience amoureuse. Le Cape Town Opera Chorus trouve naturellement sa place dans le concept développé et le Freiburger Barockorchester fait des merveilles sous la baguette de Louis Langrée.

JACQUES FRESCHEL
Juillet 2016

Cosi fan tutte est donné jusqu’au 19 juillet au théâtre de l’Archevêché, Aix, dans le cadre du Festival d’Aix

Photo : Cosi Fan Tutte -c- Pascal-Victor ArtComArt


Festival International d’Art Lyrique d’Aix en Provence
0820 922 923
http://www.festival-aix.com/