Retour sur le documentaire Nous sommes ici d'Abdallah Yahya, vu aux Ecrans d'Aflam

Ils sont là !Vu par Zibeline

Retour sur le documentaire Nous sommes ici d'Abdallah Yahya, vu aux Ecrans d'Aflam - Zibeline

Pour Nous sommes ici tout commence à Jebel Jeloud, a précisé le critique Tahar Chikhaoui qui a présenté le documentaire à la Maison de la Région, dans le cadre des Écrans d’Aflam. En effet, le jeune réalisateur, Abdallah Yahya, a appris par un ami, professeur de théâtre,  que des lycéens de Jebel Jeloud, une banlieue de Tunis, préparaient une caravane pour le village d’Essray, à 280 kms à l’intérieur. Ce jeune réalisateur, assistant d’Annaud sur Or noir, décide de filmer cette aventure, puis retourne à Jebel Jeloud rencontrer et filmer les habitants qui parlent de leur misère, de leurs difficultés à trouver du travail, de la drogue qui gangrène la jeunesse, de leur détresse. «Nous sommes ici, nous faisons partie de ce pays, nous avons les mêmes droits que tout citoyen…» Cela donne un documentaire sans concessions, très construit, ponctué par le leitmotiv d’un gamin à vélo dans les rues du village. Le film démarre par un plan où l’on voit, de dos, ce jeune garçon qui parle avec son oncle. On les retrouve à la fin du film, dans le même cadre, avec ces paroles terribles : «Ton père est à Lampedusa, qu’il y reste et puisse ainsi te procurer une vie meilleure.»

À côté de ces aspects dramatiques, on découvre le dynamisme de groupes de chanteurs hip hop et rap, dont les chansons ponctuent le film, la générosité de l’action citoyenne des jeunes lycéens, avec ses limites soulignées par une vieille femme d’Essray qui crie, fort justement que l’aide, c’est bien, mais qu’il vaudrait mieux qu’on leur donne des bêtes pour l’élevage et leur survie. «C’est la 1ère fois qu’une caméra vient nous filmer, nous les oubliés de Tunisie !», entend-on. Et, comme l’a rappelé Tahar Chikhaoui lors de la discussion après la projection, ce film-MIROIR, démarré trois mois après la chute de Ben Ali, n’aurait jamais pu voir le jour avant, ni par le contenu, ni par la forme.

ANNIE GAVA

Février 2013

Le film a été projeté le 14 février à la Maison de la Région, Marseille 

Aflam
Diffusion des Cinémas Arabes
42 rue Saint Saëns
13001 Marseille
04 91 47 73 94
http://www.aflam.fr/

Maison de la Région PACA
61 La Canebière
13001 Marseille
04 91 57 57 50
http://www.regionpaca.fr/