Le volume 1 des Démonistes d’Olivier Gay et GeyseR aux éditions Drakoo

Iconoclaste en fantasyLu par Zibeline

Le volume 1 des Démonistes d’Olivier Gay et GeyseR aux éditions Drakoo - Zibeline

Le bandeau qui ceint le nouvel opus paru aux éditons Drakoo, Démonistes, se réfère à Lovecraft : « l’album le plus drôle depuis le Necronomicon ! ». Le décor est planté, entre les références ésotériques de l’œuvre de Lovecraft, qui méprisait ardemment « les conneries des théosophes » et « les occultistes modernes », et les planches de Philippe Druillet (parues pour la première fois en 1966), un soupçon du Donjon de Naheulbeuk et quelques allusions au Seigneur des anneaux et à Harry Potter. Humour, références se conjuguent dans cet univers de fantasy, familier du scénariste Olivier Gay (romancier prolifique et moult fois primé), qui signe ici sa première BD (deux autres volumes sont prévus cette année pour juin et septembre, Nécromants, et Aether), avec les dessins de GeyseR colorisés par Gibie.

Le sujet est un grand classique : les démons peuplaient autrefois la terre mais l’ont quittée pour des raisons inexpliquées, laissant derrière eux des traces qui permettent à quelques humains, les démonistes, de les invoquer et les contrôler. Une brèche s’ouvre, dangereuse, seul un certain Vlad, disparu depuis une vingtaine d’années peut la refermer. Il faut donc le rechercher. Le trajet de la quête donne l’occasion de reconstituer son histoire, ses amours avec la démoniste douée Tillie… Les personnages se battent au passage contre des démons aux formes aléatoires, et bénéficient de la protection parfois curieusement pensée d’un majordome démoniaque. Bref, tous les ingrédients sont présents, roi bagarreur, experts en invocations, soldats aux blagues décalées, traîtres, succube… le tout assorti d’effets de couleurs, de vitesse, de mouvements : dentitions énormes, poings fulgurants et regards vindicatifs… tandis que le monstrueux majordome chausse sagement une paire de lunettes pour conter ses histoires au coin du feu. La narration enlevée et fluide ménage de beaux effets de surprise, en un rythme soutenu. Dessins et couleurs apportent par leur précision, leur élan et leur humour, dynamisme et variété. Un premier volume réussi, on attend la suite impatiemment !

MARYVONNE COLOMBANI
Février 2021

Démonistes, volume 1, Vlad, Olivier Gay et GeyseR
Éditions Drakoo, 14 €