Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Déplacements, exposition de Richard Baquié jusqu’au 7 mai à l'Hôtel des arts de Toulon

Ici ou là Richard Baquié

• 4 mars 2017⇒7 mai 2017 •
Vérifier les jours off sur la période
Déplacements, exposition de Richard Baquié jusqu’au 7 mai à l'Hôtel des arts de Toulon - Zibeline

Ce n’est pas Marseille, sa ville natale, mais sa voisine Toulon qui réhabilite Richard Baquié, figure de proue de la movida marseillaise, disparu en 1996 à l’âge de 44 ans. Bien que présent dans de nombreuses collections muséales et privées, son œuvre n’a plus la cote du marché de l’art ni des grand-messes contemporaines. Constats d’échec à la Fondation Cartier, et la Biennale de Lyon Pour l’amour de l’art datent de 1991, la rétrospective au CAPC de Bordeaux de 1998 ! Pourtant « il n’y a guère d’artiste plus vivant qui résonne aujourd’hui dans la sensibilité des artistes » confie Jean-François Chougnet, commissaire de l’exposition avec Ricardo Vazquez, directeur de l’Hôtel des arts. Et d’ajouter : « Il y a des artistes qui partagent cet esprit de multi médias pauvres, qui veulent sortir du cadre et auraient à profit de s’intéresser à son œuvre ». Ce sera chose faite avec Déplacements qui retrace son parcours d’une grande productivité malgré sa brièveté, et contrebalance l’étiquette longtemps attribuée d’artiste bricoleur. Ingénieux, certes, affranchi des codes des années 80/90, et artiste textuel comme en témoigne sa propension à malaxer la langue, à jouer des titres et du sens. Le sculpteur s’amuse, on l’imagine ainsi, à calligraphier en lettres métalliques « Fin de siècle » dans sa pièce intitulée Début. Tandis que dans Batailles, il crée une poésie visuelle composée d’aquarelles et de textes dactylographiés : « attaque du jaune et enfoncement des lignes » ou encore « zone ocre rouge occupée ». L’exposition met donc au jour les combinaisons linguistiques infinies que lui offrent la matière et le texte. Et révèle la prédominance des pièces sonores, son travail sur les cartes et la géographie, son aptitude à se déplacer par le prisme de la représentation ou de l’utilisation d’objets comme le train, l’avion, la voiture (ou plutôt sa carcasse) et de médiums tels la photographie, l’image et le son.

Dans ces Déplacements, le commissariat réserve deux espaces à deux épisodes clefs de son travail. L’un est consacré au destin rocambolesque de sa sculpture monumentale L’Aventure, implantée à Malpassé dans le 13e arrondissement de Marseille (aussitôt installée, vite démantelée…), où l’on découvre l’élaboration du projet – maquettes, plans, dessins, collages – et, sorti d’antres mystérieuses, la partie haute du Belvédère. Exploit réitéré avec l’une de ses pièces maitresses, la « Réplique » de l’œuvre testamentaire de Marcel Duchamp Étant Donnés : 1 la chute d’eau 2 le gaz d’éclairage… que l’on expérimente individuellement par le biais de deux œilletons.

Totale, l’immersion dans son répertoire personnel s’enrichit des témoignages photographiques de son ami et complice Yves Gallois qui réalise pour l’occasion un film-témoignage sensible et éclairant.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Mars 2017

Déplacements
Richard Baquié
jusqu’au 7 mai
Hôtel des arts, Toulon

Image : Début, 1987, Métal, laine de verre, bande son, 65 x 360 x 64 cm, Collection Centre national des arts plastiques © ADAGP, Paris 2017 / CNAP / Courtesy photo : Galerie Beaubourg


Hôtel des Arts
Centre d’Art du Conseil Général du Var
236 boulevard Général Leclerc
83093 Toulon Cedex
04 94 91 69 18
http://www.hdatoulon.fr/