Le magicien Étienne Saglio sur scène avec ses traumas dans Le bruit des loups

Hurler avec les loupsVu par Zibeline

Le magicien Étienne Saglio sur scène avec ses traumas dans Le bruit des loups - Zibeline

Certains n’ont pas la main verte… au point de se battre littéralement avec sa plante d’appartement ? Dans un intérieur propret, un jeune homme taille méthodiquement sa barbe, avant de se laisser envelopper par sa névrose : il s’attaque frénétiquement à son ficus, d’où jailliront peu à peu de retorses feuilles, spontanément et inlassablement… comme par magie. Car c’est bien de magie dont il s’agit ici, en premier lieu de plantes qui se regimbent et prennent vie !

Ce jeune homme en scène, c’est Étienne Saglio, qui conserve de sa gestuelle initiale de jongleur une indéniable prestance à manier la pelle et le balai. Sur la foi d’une porte de placard – ouverte sur du rangement comme sur ses pulsions – il va soudain renouer avec ses traumas profonds, lors d’une virée intérieure en pleine forêt. L’artiste a toujours exploré les remous et tourments intérieurs, petit prince chiffonnier domptant des objets abandonnés (Le soir des monstres, 2009), ou aliéné affrontant un double retors (Les limbes, 2014)… Durant l’exposition autour de la magie accueillie par la Friche Belle de Mai en janvier 2019, c’est encore lui qui faisait voler un spectre éthéré au-dessus de la tête des visiteurs. Son épatant savoir-faire, il l’a étoffé auprès de la Cie 14:20, fer de lance de la « magie nouvelle » en France (lire la critique de Wade in the Water).

De fait, les wow effects successifs sont terrassants : quand une véritable forêt apparaît sur le plateau en un clignement d’œil, quand les bêtes les plus sauvages pointent leurs museaux en fond de scène… L’esthétique, tout en clair obscur, laisse une large place à la contemplation. Trop large ? Si l’ambiance est indéniablement là, ménageant de stupéfiants instants de grâce, la dramaturgie pêche à captiver. Et le tout est très, trop court : 55 minutes au cordeau, laissant un peu le spectateur un peu sur sa faim… de loup.

JULIE BORDENAVE
Mars 2020

Le bruit des loups jouait les 6 et 7 mars au Grand Théâtre de Provence, Aix-en-Provence

Photographie : Pierre et le loup BD © Prisma Laval

Grand Théâtre de Provence
380 Avenue Max Juvénal
13100 Aix-en-Provence
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net