Entre rires et profondeur, « Le Vernissage du Fou » était présenté à L’Ouvre-Boîte

Humour noir et drap blancVu par Zibeline

Entre rires et profondeur, « Le Vernissage du Fou » était présenté à L’Ouvre-Boîte - Zibeline

En ces temps de restriction, l’Ouvre-boîte offrait sa scène chaleureuse à l’avant-première du Vernissage du fou pour quelques amis et journalistes, en attendant le « vrai public », selon les termes ironiques et amers de son directeur, Pierre Béziers, lors de la présentation de ce spectacle qu’il a conçu et mis en scène. « Une représentation en écho à ce que l’on appelait le théâtre vivant, avec des gens vivants devant… ». Le projet s’articule autour de l’ouvrage énigmatique de Marie Redonnet, Le Mort & Cie, (paru chez P.O.L.), et des œuvres picturales de Michel Vautier, dessins finement accordés aux textes, dans leurs tracés sombres. Seule en scène dans les costumes aux possibilités démultipliées de Christian Burle, Jeanne Béziers porte avec un humour et une verve qui repoussent les limites de l’objet théâtral, endosse les personnages les plus variés, le Nain, le Fou, le Mort, s’oriente dans les méandres d’une visite de l’exposition offerte au gré d’une fantaisie narrative déjantée, déroule les parchemins suspendus aux cintres pour nous faire partager l’art du dessinateur, mêle aux tercets, construits comme de subtils et obscurs haïkus, des intermèdes facétieux, joue de la situation actuelle, se lave énergiquement les mains, accentue les exigences des consignes sanitaires, inclut le public dans cette aventure qui tient d’une Alice au Pays des Merveilles mâtinée d’Oulipo et du Donjon de Naheulbeuk. Chacun s’est vu distribuer à l’orée de la performance une carte de jeu sur laquelle le nom d’un personnage est indiqué. Au fil du spectacle, les différents « rôles » sont sollicités sur un mode drolatique. Une parenthèse virtuose propose de bannir les consonnes susceptibles de provoquer postillons et contaminations intempestives et de les remplacer par les voyelles inoffensives et les consonnes dépourvues d’explosions dentales ! Le vernissage se poursuit avec ses variations vocales, ses mimiques cocasses, ses formules éloquentes, accompagnées d’une création musicale de Martin Mabz. Entre rires et profondeur, cette forme décalée et inventive séduit. Vivement le retour des « vraies scènes » !

MARYVONNE COLOMBANI
Janvier 2021

Le Vernissage du Fou a été donné à L’Ouvre-Boîte (Aix-en-Provence) les 16 & 17 décembre

Photo : © Théâtre du Maquis