« Out of sight », photographies de Delphine Parodi à Fukushima, aux éditions Le Bec en l’air

Hors de vueLu par Zibeline

« Out of sight », photographies de Delphine Parodi à Fukushima, aux éditions Le Bec en l’air - Zibeline

Mars 2011. Un séisme occasionne un tsunami qui dévaste la centrale nucléaire de Fukushima au Japon. Une catastrophe de niveau 7, le plus élevé sur l’échelle internationale qui les répertorie. La photographe française Delphine Parodi et la poétesse japonaise Yoko Tawada ont voulu « rendre compte ensemble d’un drame toujours en cours ». Des millions de tonnes d’eau contaminée vont être déversés dans l’océan Pacifique, tandis que les autorités nippones tentent d’inciter la population à revenir dans la zone irradiée via des subventions, quatre habitants sur cinq ayant quitté les lieux. Les deux auteures se sont intéressées à ceux qui sont restés, astreints à des mesures de protection aussi contraignantes que dérisoires, dans un environnement familier où rôde un invisible danger. Out of sight : hors de vue, loin des yeux. Le titre, paradoxal puisqu’il s’agit d’un ouvrage photographique, évoque tant l’exil géographique que cet au-delà du perceptible par les sens humains. Et en effet, sur les images, tout semble paisible dans la verdure et les résidences. Seules les routes portent déjà les traces de la désaffection. Quant aux visages, ils sont pensifs : ici la vie semble se poursuivre en points de suspension.

Au cœur du livre, des poèmes en japonais, avec traduction allemande (Yoko Tawada vit à Berlin), française, anglaise. 

« Ne cueille pas les fleurs des champs !
Elles renferment la mort.
Les corneilles sont parties, les souris aussi.
Les plantes seules sont comme captives.
Ne joue pas sur une prairie !
Le plantain te mordra les doigts ! »

À la fin, des témoignages, non signés pour la plupart, en échos éclairants sur le traumatisme au long cours qui hante Fukushima. « Est-ce que la zone d’évacuation des 20 kilomètres est vraiment pertinente ? J’en doute. D’après mes recherches, la radioactivité est transportée de façon aléatoire par le vent, la pluie ou le courant des rivières. Elle ne suit aucune règle, on ne peut être sûr de rien et c’est ce caractère incertain qui m’effraie vraiment. »

GAËLLE CLOAREC
Février 2021

Out of sight
photographies de Delphine Parodi
textes Yoko Tawada
Le Bec en l’air éditions, 29 €