Retour sur le festival de cinéma espagnol CineHorizontes qui s'est tenu à Marseille du 8 au 16 novembre

Horizons espagnolsVu par Zibeline

• 8 novembre 2013⇒16 novembre 2013 •
Retour sur le festival de cinéma espagnol CineHorizontes qui s'est tenu à Marseille du 8 au 16 novembre - Zibeline

Salles combles le soir, fréquentation en hausse, 1 800 jeunes dans les séances scolaires, films variés, invités présents au rendez-vous, un directeur de cinéma aux anges, tel est le constat fait lors de la séance de clôture du 12e CineHorizontes, le 16 novembre au cinéma Prado à Marseille.
Le jury «fiction» présidé par Juan Antonio Vigar, Directeur du festival de Malaga -avec lequel le partenariat est renforcé pour 2014-, a attribué le Grand Prix à Ilusion, un film à tout petit budget, tourné avec un appareil photo HD, une comédie «horrifique» qui a bien fait rire le public, fidèle, de CineHorizontes. Daniel Castro qui en est le scénariste, le réalisateur, l’acteur principal et le producteur, l’a dédié à son équipe qui a «travaillé pour rien». L’histoire est simple : Daniel, un scénariste, a en tête de réaliser une comédie musicale sur le Pacte de la Moncloa de 1977 -que plus personne ne connait aujourd’hui, comme le lui rappelle un producteur- dans laquelle chanteraient les personnages de Santiago Carillo et Felipe Gonzales ! Personne ne semble intéressé par cette idée ; ses parents comme sa petite amie en ont assez, lui demandant de devenir responsable. Le film regorge de trouvailles et de gags. Les échanges qu’il a avec son père, par mail, mis en scène en monologues face à la caméra sont hilarants tout comme ses refus de vendre à une cliente de la librairie où il essaie de travailler 3 DVD de Michael Haneke sous prétexte que chaque film de ce cinéaste, vendu, rend le monde pire. Haneke à qui il écrit d’ailleurs : «M. Haneke, votre vie doit être bien triste pour que vos films soient si pessimistes.» Autre clin d’œil au cinéma, la scène où, mis à la porte par sa femme, il s’endort sur un banc public, abrité sous une affiche d’Annie Hall de Woody Allen. Bref, on ne peut que féliciter ce jeune cinéaste et le Jury de l’avoir choisi.
Le public, quant à lui, a préféré Blanca Nieves de Pablo Berger pour lequel Angéla Molina a obtenu cette année le Prix Goya de la meilleure actrice et le prix Gaudì du meilleur rôle féminin. Elle y incarne la grand-mère aimante de Carmen, surnommée Blanche Neige par des nains toréros de vachettes. Pablo Berger revisite, réinvente, ré-enchante le conte des frères Grimm, le brode précieusement comme un habit de matador ou une mantille sévillane, le transposant dans le milieu tauromachique des années 30. Il se réapproprie les universaux du genre et les codes du cinéma muet pour offrir une version émerveillée, hispanisante et contemporaine de ce conte, noire et blanche. Le miroir magique y devient un magazine de mode où la jeune héroïne descendue dans l’arène, vole la vedette à sa marâtre et le corps imputrescible de la belle empoisonnée, une marchandise au baiser tarifé, dont la douleur se concentre dans une larme silencieuse.

Horizontes del Sur nous avait promis une superbe édition : promesse tenue !

ELISE PADOVANI ET ANNIE GAVA

Novembre 2013

CineHorizontes a eu lieu au cinéma Le Prado à Marseille du 8 au 16 novembre

Palmarès
Meilleur court-métrage : El Bosón de Higgs de Cristina G. Molina
Meilleur documentaire : Con la pata quebrada de Diego Galán
Grand Prix meilleur film : Ilusión de Daniel Castro
Meilleur scénario : Las Brujas de Zugarramurdi d’Alex de la Iglesia
Meilleur acteur : Javier Cámara dans Ayer no termina nunca d’Isabel Coixet
Meilleure actrice : Candela Peña dans Ayer no termina nunca d’Isabel Coixet
Prix du public : Blanca Nieves de Pablo Berger 

Photo : Ilusion de Daniel Castro © Tormenta P.C.

Cinéma le Prado
36 Avenue du Prado
13006 Marseille
04 91 37 66 83
http://www.cinema-leprado.fr/

Horizontes del Sur
6-8 rue de Provence
13004 Marseille
04 91 08 53 78
http://www.horizontesdelsur.fr/