Violentes femmes de Christophe Honoré au Théâtre des Salins, cri pour la liberté et l'égalité

Honoré d’être femme

• 4 février 2015⇒15 février 2015 •
Violentes femmes de Christophe Honoré au Théâtre des Salins, cri pour la liberté et l'égalité - Zibeline

C’est à la rencontre de monstres que Christophe Honoré, Robert Cantarella et Philippe Quesne nous entraînent. Marc Lépine qui à Montréal a tué 14 étudiantes au nom de la lutte contre le féminisme ; Romy Schneider qui cherche à se débarrasser de Sissi, de sa mère, et tombe dans des clichés d’ultra féminité dont elle veut pourtant s’affranchir ; Madeleine qui a des visions de la Vierge et ne peut sortir de l’enfance et de son récit réitéré… Les trois histoires sont évoquées directement ou indirectement : par des jeunes femmes, dont une survivante de la tuerie, qui interrogent la mère de Marc Lépine pour savoir comment on fabrique une telle haine des femmes ; par un homme, seul parmi les actrices, travesti en Romy Schneider pour mieux faire surgir ce qui serait son essence féminine ; par Florence Giorgetti, fascinante, vieille petite fille hallucinée qui reste bloquée dans un langage et des postures infantiles. Les trois strates se succèdent et se croisent, parfois un peu laborieusement, dans un décor tout aussi monstrueux de fragments de laideurs assemblés : une énorme masse blanche sculptée évoquant un phallus schématique, un distributeur automatique de sodas, des tables en formica approximatif forment un univers hostile, sans beauté, sans intimité et sans confort, où les femmes n’ont pas de place, et ne peuvent que se heurter violemment au réel. Car ces Violentes femmes répondent à la violence exercée sur elles, soit par une agressivité radicale envers les phallocrates, soit par l’autodestruction qui ravagera Romy Schneider comme Madeleine. Fondée sur des faits réels, des récits de la sainte et de l’actrice, des articles de journaux relatant le massacre à l’école Polytechnique de Montréal en 1989, mais aussi des déclarations masculinistes circulant aujourd’hui sur le web, Christophe Honoré a construit une pièce complexe, qui révèle avec force les contraintes qui s’imposent aux femmes, attaquées parce qu’elles étudient, humiliées dans leur corps, placées dans des moules qui les restreignent et les privent d’elles-mêmes. Ecrite avant la tuerie de Charlie Hebdo, Violentes Femmes apparaît aujourd’hui aussi comme un cri contre les tueries, contre la religion destructrice, pour la liberté et l’égalité entre les hommes. Et les femmes.

AGNES FRESCHEL
Février 2015

Violentes Femmes a été créé au Théâtre des Salins, Martigues, les 27 et 28 janv. Il est joué aux Amandiers de Nanterre jusqu’au 15 fév.


Librairie L’Alinéa
12 rue Jean Roque
Quartier Ferrières
13500 Martigues
04 42 42 19 03
www.librairielalinea.fr