Vu par Zibeline

Saga, autofiction de Jonathan Capdevielle au Bois de l’Aune

Histoires d’ours

Saga, autofiction de Jonathan Capdevielle au Bois de l’Aune - Zibeline

Jonathan Capdevielle revient au Bois de l’Aune, où l’on a déjà applaudi son Adishatz-Adieu, avec Saga, spectacle créé en 2015. Ce deuxième opus renoue avec la jeunesse du dramaturge et croise en une superbe autofiction toutes les techniques du théâtre. Le début se résume au noir d’une page qui s’écrit lettre à lettre sur un vieil ordinateur. Le bruit des touches devient élément de dramaturgie, les retours, les effacements livrent les circonvolutions de la pensée du scripteur, ses hésitations, ses fautes d’orthographe, corrigées ou pas dans une véritable mise en scène de l’écriture, cocasse et emplie d’incidents : les retours réitérés qui s’approchent toujours plus de la « fassade », sans jamais la corriger, l’intrusion du neveu qui écrit à toute vitesse ses propos potaches malgré les gronderies de son oncle… Les voix et les bruitages composent un paysage familier, et accordent au spectateur/auditeur le privilège de modeler chacun son propre théâtre. Naissent ainsi une ferme, une boulangerie, un village et toute une constellation familiale… On suit alors les tribulations de cette famille aux pieds (pattes ornées de griffes) d’un énorme rocher en peluche qui abrite un ours, entre les aboiements du chien, les visites d’amis, le beau-frère boulanger, qui fait des affaires avec des sacs emplis d’une farine un peu spéciale, la sœur, actrice-née… tout ramène au théâtre, depuis les cours suivis au lycée Marie Curie de Tarbes, à la vie de tous les jours où l’on croise bandits, gendarmes, où même l’anodin prend des allures mythologiques. L’art se modèle à partir du quotidien, devient épique, sujet dramatique, frôle la tragédie, y plonge, flirte avec le boulevard, tient du roman d’éducation, jongle entre le dérisoire et le sublime, la farce et l’émotion. Les années 90 tissent une trame sonore populaire que viennent égayer quelques chansons paillardes, le tout servi avec une justesse irréprochable par les voix des protagonistes, à l’unisson ou en polyphonie. La trivialité du quotidien passe au crible de l’humour, avec les intonations, les accents, les formulations retrouvées. Une performance géniale que la dernière séquence vidéo un peu longuette resitue dans la quête de l’enfance et de ses histoires initiatiques, forcément…

MARYVONNE COLOMBANI
Avril 2019

Saga a été joué au Bois de l’Aune, Aix-en-Provence, le 22 mars

Photo : Saga © Estelle Hanania


Théâtre du Bois de l’Aune
1 Place Victor Schoelcher
13090 Aix-en-Provence
04 88 71 74 80
boisdelaune.fr