« Bass Rock » de Evie Wyld est paru aux Éditions Actes Sud

Histoires de femmes et de fantômesLu par Zibeline

« Bass Rock » de Evie Wyld est paru aux Éditions Actes Sud - Zibeline

Bass Rock, c’est le titre du troisième roman d’Evie Wyld (paru en 2020, couronné du Stella Prize en 2021). C’est aussi le nom d’un impressionnant îlot rocheux du North Berwick, qu’on aperçoit de la vaste demeure familiale des Hamilton. Au bord d’une mer souvent houleuse, sur une côte battue par les vents, non loin d’une plage où peut parfois s’échouer un gigantesque requin pèlerin. Un endroit empreint de sauvagerie et de mystère, comme l’annonce d’emblée le prologue. Un coin d’Écosse dont les noms de lieux-dits ou d’îlots ponctuent les séquences du livre. Un lieu donc, mais plusieurs temps. Car l’histoire imaginée par la romancière – et inspirée de sa propre histoire familiale, le roman est d’ailleurs dédié aux Wyld – évoque des étapes décisives dans la vie de trois femmes : Sarah au tout début du dix-huitième siècle, Ruth dans les années cinquante, Viviane aujourd’hui. Trois femmes, trois époques, trois parcours, qui se font écho et tissent, chapitre après chapitre, en un subtil crescendo, la trame d’une originale saga familiale. À côté de Sarah la sorcière, de Ruth l’humiliée, de Viviane la paumée, d’autres femmes peuplent cet envoûtant roman : Betty, Mary, Bernadette, Katherine, Maggie. Toutes meurtries, à des degrés divers. Et au-delà de l’histoire des femmes d’une famille, Bass Rock évoque, avec empathie et pudeur, celle de toutes les femmes victimes de la violence des hommes. Des femmes devenues fantômes, qu’il faudrait ne pas oublier. C’est sans doute pour en finir avec ce genre d’amnésie qu’Evie Wyld a écrit le livre. Un livre dur parfois, mais pas plombant pour autant. Car s’y révèlent la solidarité féminine, la sororité, la puissance de femmes qui apprennent à dire non, à prendre leur existence en main. Et l’humour aussi, envers et contre tout, de certains personnages, Maggie en particulier. Bref, on se plaît dans la compagnie de toutes ces femmes et on sort ragaillardi d’une histoire pourtant pas si drôle.

FRED ROBERT
Janvier 2022

Bass Rock de Evie Wyld traduit de l’anglais par Mireille Vignol
Éditions Actes Sud 22,50 €