Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Création européenne en version scénique de Svabda au Festival d'Aix-en-Provence

Histoire de filles !

• 3 juillet 2015⇒16 juillet 2015 •
Vérifier les jours off sur la période
Création européenne en version scénique de Svabda au Festival d'Aix-en-Provence - Zibeline

Enchanté de voir le joli théâtre du Jeu de Paume plein à craquer pour la représentation d’un opéra contemporain serbe. Enchanté de constater que la création, le «neuf», a toujours sa place au sein d’un des plus grands festivals lyriques du monde. Stupéfait par la performance d’Ana Sokolović qui a réussi la gageure de composer un opéra de chambre de près d’une heure pour six voix de femmes a cappella !

Et le défi n’était pas mince également pour l’ensemble de chanteuses, Florie Valiquette, Liesbeth Devos, Jennifer Davis, Pauline Sikirdji, Andrea Ludwig et Mireille Lebel, convoquées sans répit du début jusqu’à la fin d’un ouvrage extrêmement exigeant au niveau vocal. Car Svadba, mariage en serbo-croate, est un opéra de filles, plus exactement d’amies qui enterrent la vie de jeune fille de Milica. Et le terme d’enterrement n’est pas trop fort, le sentiment de perte d’une amie chère, la fin de la jeunesse, le deuil d’une période s’accroissant au fur et à mesure des différents tableaux.

La musique, dense, rythmée, pleine d’alacrité dans la première partie de l’œuvre s’assombrit alors que l’aube arrive et que les adieux se préparent ; le chant de Milica sous la nuit étoilée, d’une beauté crépusculaire, tout en langueur, pruinée de souvenirs de mélodies populaires des Balkans fut saisissant d’émotion. Et la mise en scène de Ted Huffman et Zack Winokur accompagne ce rite de passage, quand les cinq filles, de noir vêtues, habillent Milica de sa robe de mariée d’une blancheur éclatante.

Ce contraste saisissant, poignant, est à l’image de l’écriture de Sokolović, très serrée, pétrie de dissonances, d’une belle densité qui n’est pas sans rappeler quelques pages de Lux noctis et Dies solis du regretté Maurice Ohana, un exemple en matière d’écriture pour chœur. Les six chanteuses, très à l’aise vocalement, en parfaite osmose, ont parfaitement habité cette «fête de musique et de théâtre» et ont réussi à séduire un public pas forcément converti à ce type de performance. Un coup de maître pour ces drôles de dames !

CHRISTOPHE FLOQUET
Juillet 2015

Svabda se joue du 3 au 16 juillet au théâtre du Jeu de paume dans le cadre du Festival d’Aix-en-Provence

Photo : © Bernard Coutant


Festival International d’Art Lyrique d’Aix en Provence
0820 922 923
http://www.festival-aix.com/


Théâtre du jeu de Paume
17, 21 rue de l’Opéra
13100 Aix-en-Provence
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net/