Rendre passionnante l'agriculture au musée, c'est possible. La preuve avec l'exposition Ruralités, au Mucem

Heurs et malheurs de l’agriculture méditerranéenne

• 20 novembre 2019⇒30 mars 2020 •
Rendre passionnante l'agriculture au musée, c'est possible. La preuve avec l'exposition Ruralités, au Mucem - Zibeline

Comprendre les fondements de l’agriculture et de l’élevage en Méditerranée avant qu’ils ne s’effritent, avec l’exposition permanente Ruralités, au Mucem.

L’Arcadie n’est plus ce qu’elle était

Depuis le 10 octobre, les visiteurs du Mucem qui accèdent à la Galerie de la Méditerranée peuvent voir l’installation Et in Arcadia de Vincent Chevillon, à l’entrée de l’exposition permanente Ruralités. L’Arcadie est une région grecque située au centre du Péloponnèse, considérée à la Renaissance comme l’archétype d’une contrée peuplée de bergers vivant d’amour et d’eau fraîche, dans une nature harmonieusement préservée. Cet artiste venu des Sciences de la Terre a conçu un objet qu’il définit comme « perce-monde », étrange parapluie inversé, autrement intitulé Le faiseur de pluie. Des murs iconographiques retraçant la genèse de son projet complètent l’installation : une coupure de presse sur la Zad de Notre-Dame des Landes y côtoie, entre autres éléments disparates, une photographie de nuages et un cercle mégalithique. En se laissant porter par les associations d’images, il est possible de discerner l’évocation d’un destin méditerranéen bien loin d’être paradisiaque : avec le réchauffement climatique, la pluie se fait plus rare sur des terres déjà desséchées.

Agriculture en Méditerranée

L’exposition Ruralités permet de mettre en perspective ce qui est menacé aujourd’hui : une agriculture -et partant, une alimentation réputée pour son équilibre- millénaire. Non pas que le climat n’ait jamais changé. Dès l’entrée de la salle, on tombe en admiration devant un détail des somptueuses peintures de la grotte Cosquer : un pingouin, dessiné au cœur de nos calanques marseillaises, en plein paléolithique. Les chasseurs-cueilleurs qui vivaient en Provence 20 000 ans avant J.C. avaient froid !

Le parcours, conçu par le commissaire Édouard de Laubrie, s’articule autour de la « trilogie méditerranéenne » : après l’âge glaciaire, la culture des céréales, de la vigne et des oliviers a puissamment modelé les paysages et les usages au fil des siècles, et cela dès le début de l’agriculture, au Néolithique. La nécessité d’irriguer les champs a conduit les humains à faire preuve d’ingéniosité : en témoigne une imposante sakieh, roue hydraulique en bois et métal venue d’Égypte. Juste à côté, une statue de la déesse Cérès (Ier siècle avant J.C.) brandit dans ses doigts de marbre un épi… et ce qui ressemble fortement à une tête d’ail.

La rencontre harmonieuse entre forme et fonction, dans l’univers agricole, est frappante, sur la plupart des objets exposés. Cela saute aux yeux lorsqu’on observe un porte-cruche andalou, pourtant façonné à l’époque du plastique orange et autres joyeusetés, en 1970. Ses proportions sont parfaites, de même que celles des divers outils qui servent à tailler la vigne, sécateurs, serpes, et le méconnu « gant à écorcer ». Les voir, c’est presque en sentir le poids et l’efficacité dans sa propre main, plutôt habituée à tenir un stylo…

Notre coup de cœur, même s’il ne s’agit pas d’un original, qui doit être impressionnant : la maquette à l’échelle 1:3 d’un broyeur d’olives, celui du monastère de Toplou en Crête. Contempler ses rondeurs, c’est déjà voyager dans un monde d’abondance. Enthousiasme rapidement douché. Un cartel rappelle que les oliviers du bassin méditerranéen sont désormais décimés par une bactérie stimulée par le réchauffement climatique, dont le nom devrait faire trembler les amoureux des arbres et de la meilleure huile du monde : Xylella Fastidiosa.

GAËLLE CLOAREC
Novembre 2019

Et in Arcadia
jusqu’au 30 mars
Mucem, Marseille

Photo : Maquette de broyeur et de presse-olives – collection du Mucem – Agnès Mellon


Mucem
Môle J4
13002 Marseille
04 84 35 13 13
mucem.org