Vu par ZibelineUn cycle Beethoven à l'Opéra de Marseille

Heroic Friday

Un cycle Beethoven à l'Opéra de Marseille - Zibeline

À l’Opéra de Marseille s’est clôturé un cycle Beethoven avec trois œuvres témoignant chacune du tournant de 1800 dans la carrière du compositeur, années qui l’ont vu passer du classicisme mozartien à une identité tourmentée plus spécifiquement romantique.

Œuvre de 1801, Les créatures de Prométhée baigne encore dans la radieuse clarté du classicisme. Beethoven fait de Prométhée un lumineux autoportrait du compositeur en démiurge, volant le feu sacré pour en faire don aux hommes qu’il a lui-même façonnés d’argile. Conduisant son orchestre avec une précision volubile, le chef d’orchestre Lawrence Foster se retournera lui-même pour indiquer au public le seul passage de harpe de toute l’œuvre du compositeur où l’instrument symbolise l’âme désormais inscrite en l’homme.

La jeune pianiste italienne Clelia Cafierio a ensuite donné une version superbe du Concerto pour piano en ut mineur, de facture encore très dix-huitième siècle. Son jeu, orné d’une précision d’accents et d’intentions musicales extrêmes a donné cette fois-ci au caractère germanique du compositeur de Bonn une légèreté plus proche que jamais de l’influence mozartienne. Légèreté et virtuosité toujours, dans les deux bis choisis : un Tic Toc choc de Couperin, composé pour clavier double mais ici accompli presto et sur un seul, et les Etincelles de Moritz Moszkowski, discret rappel du feu prométhéen.

La Symphonie n°3, « héroïque » – et donc antidote parfait à l’omniprésente injonction consumériste du « Black Friday » – a magistralement clos la soirée sur le tumulte de passions déjà très romantiques. L’ayant dédié à Bonaparte, Beethoven aurait renoncé finalement à la livrer à l’empereur Napoléon qu’il considérait comme un tyran déjà trop… jupitérien ? Une partition parfaite pour mettre en valeur – moins un second mouvement un peu brumeux – la qualité extrême des musiciens de l’Orchestre philarmonique de Marseille, la fraîcheur de son chef et le génie de Beethoven.

ETIENNE LETERRIER
Décembre 2019

Photo : Clelia Cafiero ©X-DR

Concert donné à l’Opéra de Marseille le 29 novembre

Opéra de Marseille
2 Rue Molière
13001 Marseille
04 91 55 11 10
http://opera.marseille.fr/