Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Exposition Harry Callahan au Musée Granet d'Aix-en-Provence

Harry Callahan, un Américain à Aix

• 23 mars 2019⇒21 juillet 2019 •
Exposition Harry Callahan au Musée Granet d'Aix-en-Provence - Zibeline

Autodidacte, discret, taiseux, intensément dans sa photographie, Harry Callahan (1912-1999) a atterri à Aix-en-Provence par hasard après avoir quitté Chicago où il enseignait à l’Institut of Design. Son premier voyage en Europe se révéla bénéfique au regard de la série French Archives, Aix-en-Provence 1957-1958 prêtée par la Maison Européenne de la Photographie au musée Granet qui l’accueille avec d’autant plus de bonheur qu’il a identifié puis reconstitué son parcours dans la ville et les paysages alentour, imaginé un guide numérique interactif et un dépliant incitant les visiteurs à marcher dans les pas de l’américain. À la redécouverte de la cité aixoise se double le plaisir de scruter les minuscules détails de l’œuvre de « l’un des photographes les plus importants du XXe siècle par sa capacité incroyable à calculer les angles, son sens de l’ombre et des couleurs, ses superpositions dans l’appareil et non au tirage » confie Simon Baker, directeur de la MEP depuis janvier 2018. Une célèbre Maison avec laquelle, déjà en 1994, Harry Callahan entretenait des liens d’amitié au point de revisiter ses archives personnelles, de sélectionner 130 tirages originaux -la plupart inédits- pour les offrir au musée ! Aujourd’hui, c’est une évidence pour le directeur du musée Granet, Bruno Ely, de les exposer sur leur terre d’origine.

Rigoureux, entêté, intuitif, l’artiste a influencé une génération de photographes américains, lui-même ayant vécu une rencontre décisive avec László Moholy-Nagy qui le décida à se consacrer entièrement à son travail photographique. Influence notable également dans son sens de la composition et du cadrage, et dans l’affirmation de son style « à la fois libre et méthodique, spontané et fouillé ». Les trois thématiques développées dans l’exposition éclairent parfaitement ces spécificités : finesse des paysages enneigés, effets de lumière et de mouvement des feuillages, épure des noir et blanc ; désintérêt pour l’architecture monumentale (exceptée l’Hôtel Albertas) au profit de bâtiments anonymes et de ruelles étroites où les figures humaines sont réduites à de furtives silhouettes, souci du détail par le travail des fonds noirs obtenus à la prise de vue et au tirage ; expérimentation de la surimpression du corps de sa femme, sa muse et égérie Eleanor avec le paysage familier de L’Harmas, l’ancienne maison d’André Masson où il s’était installé en famille. Autant de variations autour d’une même recherche de la force plastique de la photographie, Harry Callahan n’ayant eu aucunement envie de documenter son voyage. Le maitre de la Street Photography américaine des années 50 s’est fondu dans cette petite ville provinciale avec modestie pour photographier comme il le ressentait et le désirait.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Mars 2019

French Archives, Aix-en-Provence 1957-1958
jusqu’au 21 juillet
Musée Granet, Aix-en-Provence

Photo : Eleanor, Aix-en-Provence, France © Harry Callahan © The Estate of Harry Callahan / Pace/MacGill Gallery, Collection Maison Européenne de la Photographie, Paris. Don de l’auteur


Musée Granet
Place Saint Jean de Malte
13100 Aix-en-Provence
04 42 52 88 32
http://www.museegranet-aixenprovence.fr/