Moment fort, et incontournable, à Aubagne, avec l'exposition Hans Hartung

Hans Hartung, le pinceau au bout du fusil

• 16 avril 2016⇒28 août 2016 •
Moment fort, et incontournable, à Aubagne, avec l'exposition Hans Hartung - Zibeline

À Aubagne, Beau geste, Hans Hartung, peintre et légionnaire éclaire d’un jour nouveau l’œuvre et la vie de l’artiste allemand naturalisé français en 1946, maître de l’abstraction lyrique et précurseur de l’action painting. Ce sont en fait deux expositions en contrepoint que déclinent le Centre d’art des Pénitents noirs et le Musée de la Légion étrangère. La première est solaire, composée de dix sept acryliques sur toile qui disent « les sublimations du sud », irradiante de lumière à l’heure même du crépuscule de l’artiste. Étrange paradoxe que ces peintures aux couleurs éclatantes créées les 11, 14 et 16 juillet 1989 quelques mois à peine avant sa mort ! L’autre plus sombre, Beau Geste, qui tire son nom du film éponyme de l’américain William A. Wellman, couvre la période de son engagement dans la Légion étrangère. Elle réunit un ensemble de peintures et d’œuvres graphiques inédites réalisées en 1939, durant l’été 1940 et entre 1942 et 1944, qui portent en elles « la désolation de la guerre ». La violence des combats qu’il vécut jusque dans sa chair, lui l’artiste engagé par antinazisme, amputé et condamné à finir sa vie dans un fauteuil.

© Hartung légionnaire, Sidi-bel-Abbès, 1940
photo : © Hartung légionnaire, Sidi-bel-Abbès, 1940

Un art de la libération
Les deux faces de son œuvre mise en regard embrassent 75 années de création dont 67 dévolues à l’abstraction. Entre ces deux périodes de fervente émulation -même sur le front il continuera à dessiner-, « un tropisme commun : l’urgence de créer, alors que la mort guette ». Entre la série de visages mi-abstraits mi-figuratifs inspirés de Guernica de Picasso, les peintures abstraites aux constructions habiles, d’une grande sophistication, le bel ensemble de dessins dont chaque intention est unique, et les toiles jaillissantes de flux de couleurs, d’éclaboussures de lignes, le même homme « bousculé par les événements dramatiques qui agitent le monde ». Le même artiste contraint d’inventer de nouveaux outils pour pallier son handicap physique (il utilise alors une sulfateuse), éternellement curieux d’expérimenter sur l’espace de la toile et du papier l’huile, l’acrylique, la gouache, le crayon ou le pastel. Jusqu’à atteindre une extraordinaire liberté du geste, un « lâcher prise » fondé sur une maitrise technique totale. L’une comme l’autre exposition est l’occasion de vivre, à notre tour, un moment de grâce.
Réputé de son vivant, adoubé par l’avant-garde puis retombé dans l’oubli, Hans Hartung réapparait aujourd’hui à la faveur de ce parcours inédit conçu par le directeur du Musée d’Art moderne de Paris Fabrice Hergott, financé par la Fondation Hartung-Bergman à Antibes et la Ville d’Aubagne. Un investissement de 200 000 euros qui n’aura pas été vain puisque la rencontre avec « Beau Geste » est un moment fort, et incontournable, dans le calendrier des rendez-vous artistiques de la région.
MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Mai 2016

Hans Hartung, L’engagement et la liberté
Centre d’art des Pénitents Noirs et Musée de la Légion étrangère, Aubagne
jusqu’au 28 août
04 42 18 17 26 / 04 42 18 10 99 hanshartung-aubagne.net

photo : T1989-K33, 16 juillet 1989, 200 x 250 cm, acrylique sur toile © Hans Hartung


Chapelle des Pénitents Noirs
Les Aires saint-Michel
13 400 Aubagne
04 42 18 17 26
http://www.aubagne.fr/fr/services/sortir-se-cultiver/les-penitents-noirs.html