La Vignette a accueilli un « Steve Jobs » perdu, malade, comme un un Louis XIV déclinant sur sa chaise percée

Good job !Vu par Zibeline

Trois noms. Robert Cantarella, le metteur en scène arty stylé. Steve Jobs, l’icône de la Pomme, titre éponyme de la pièce écrite par Alban Franc. Nicolas Maury, l’adorable-insupportable Hervé de la série Dix pour Cent, qui incarne la star en pull noir et col roulé. Les trois personnalités se fondent dans ce spectacle parfaitement maitrisé, ils se renvoient la balle, et Nicolas Maury enchaine les buts. Il s’approprie les mots bien sentis du texte avec une force bluffante. Il peut dire « J’ai mètre-étalonné le monde » sans avoir l’air [...]

Cet article est reservé aux abonnés


Vous n'êtes pas abonné ? Pour lire le contenu premium de Zibeline :

Abonnez-vous



Déjà abonné ? Connectez-vous

Vous rencontrez des difficultés pour vous connecter ? Allez consulter notre page d'aide par ici