Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Une fable grinçante signée Teona Strugar Mitevska

God Exists, Her Name is Petrunya

• 1 mai 2019 •
Une fable grinçante signée Teona Strugar Mitevska  - Zibeline

Le titre énigmatique s’inscrit sur un plan d’ensemble bleu barré de lignes noires où se détache, minuscule, une silhouette sur fond de hard-rock. La réalisatrice macédonienne Teona Strugar Mitevska, dont on avait apprécié, il y a dix ans, Je suis de Titov Veles, raconte ici l’histoire, inspirée d’un fait divers, d’une jeune femme qui décide de participer à une compétition rituelle, traditionnellement réservée aux hommes. Pétrunya, 32 ans, tout en rondeurs, diplômée de l’université en histoire, vit avec ses parents qui l’abreuvent de conseils. Suite à un entretien d’embauche humiliant où le patron lui assène : «  Je ne te baiserais même pas, alors pourquoi je t’engagerais ? », elle plonge dans les eaux froides pour récupérer la croix lancée par le prêtre, gage de bonheur et de prospérité pour l’année. Scandale et blasphème ! On lui demande de la restituer. Mais, tenace et sûre de son bon droit, Pétrunya est décidée à la garder. La caméra la suit de près, chez elle, puis au commissariat où Église et Police vont la harceler pour la faire céder. Petrunya est le grain de sable qui risque de faire dérailler la machine des traditions ancestrales et patriarcales, et c’est d’autant plus dangereux pour les institutions que son geste fait le « buzz ». Plus personne ne sait comment s’y prendre. La mise en scène au cordeau, sobre et efficace, l’interprétation tout en nuances de Zorica Nusheva ont conquis le jury œcuménique et celui du Guild Film Prize de la Berlinale qui ont décerné leur Prix à cette fable grinçante.

Annie Gava et Elise Padovani
Mai 2019

Dieu existe, son nom est Petrunya de Teona Strugar Mitevska, est sorti en salles le 1er mai (1h40)

Photo: God exists, her name is Petrunya, de Teona Strugar Mitevska © Pyramide films