Retour sur le film de Sebastián Lelio, Gloria, projeté au Festival de Gardanne

Gloria, une femme libre

• 3 novembre 2013 •
Retour sur le film de Sebastián Lelio, Gloria, projeté au Festival de Gardanne - Zibeline

Le nouveau long métrage du Chilien Sebastián Lelio, Gloria, projeté le 3 novembre au 25e Festival Cinématographique d’Automne de Gardanne a réjoui tous ceux qui ont pu entrer dans la salle des 3 Casino, comble, le genre de film qui «donne la pêche» !
Gloria est une presque sexagénaire, divorcée depuis une dizaine d’années. Gloria adore danser et boire, chante dans sa voiture des chansons d’amour. Elle a deux grands enfants, Pedro et Ana, qui vivent leur vie et elle vit la sienne. Certes, on sent parfois que la solitude lui pèse un peu ; sa fille part s’installer en Suède mais Gloria ne se laisse jamais abattre. Elle est belle, Gloria, elle fait de la gym, participe à des séances de rire collectif, sourit à la vie. Il n’y a que deux choses qu’elle ne supporte pas : les cris de son voisin et l’intrusion de son horrible chat à queue de rat. Quand, dans un des dancings qu’elle fréquente, elle rencontre Rodolfo (Sergio Hernandez), un homme qui tombe amoureux d’elle, de son sourire et qui lui lit des poèmes d’amour, la vie semble encore plus intense ; elle saute à l’élastique, s’entraîne au paintball, fait l’amour et danse, danse… Quand  l’ophtalmologue lui annonce qu’elle va devoir mettre des gouttes dans les yeux pour le restant de ses jours, elle… fume son premier pétard ! Vient le moment où, à l’occasion d’un anniversaire, elle présente Rodolfo à ses enfants, à son ex. Un Rodolfo à qui ses filles, pourtant adultes, téléphonent sans arrêt. Un Rodolfo qui disparaît à deux reprises…
Sebastián Lelio ne quitte jamais son personnage des yeux et la caméra, bienveillante, suit Gloria dans tous ses instants de vie, y compris les plus intimes. Au moment de la rencontre, il filme les regards qui se croisent, se cherchent, se trouvent puis les corps qui se rapprochent doucement dans la danse, ces corps qu’il filme, plus tard, sans détours, en train de faire l’amour. Cadrant souvent son visage de près, il nous la fait devenir très proche et on a l’impression, à la fin du film -qu’on ne vous dévoilera pas- qu’on partage toutes ses émotions, qu’on a vécu, avec elle, son voyage intérieur. Le cinéaste a su saisir la pulsion vitale de cette femme, fragile et forte à la fois, magistralement incarnée par Pauline Garcia qui a obtenu, à juste titre, l’Ours d’Argent à la dernière Berlinale. Et c’est avec la chanson Gloria d’Umberto Tozzi que se termine ce film à la fois tendre, doux amer et euphorisant.

ANNIE GAVA

Novembre 2013

Le film, présenté au Festival Cinématographique d’Automne de Gardanne, sortira en salles en février 2014

Photo : Gloria de Sebastián Lelio © Ad Vitam

Cinéma 3 Casino
11 Cours Forbin
13120 Gardanne
04 42 51 44 93
http://www.cinema-gardanne.com