« Solak » de Caroline Hinault, roman d'une humanité transgressive, immorale et fourbe

Glaçant comme la banquiseLu par Zibeline

Dédicacé aux « femmes-promesses », Solak est le premier roman de Caroline Hinault, professeure de littérature à Rennes. Le nom d’un lieu imaginaire, quelque part dans l’Arctique nord, où survivent des hommes à la vie âpre. Comme la langue de l’auteure, rugueuse, brûlante, desséchée par le blizzard qui les enveloppe, les casse, les mine de jour en jour. Que viennent faire ces hommes dans ce campement militaire du bout du monde ? Que fuient-ils ? Pourquoi s’infligent-ils une telle punition ? Sont-ils partis là-bas avec « l’espoir d’amnésie à moins que ce soit d’amnistie ? ». [...]

Cet article est reservé aux abonnés


Vous n'êtes pas abonné ? Pour lire le contenu premium de Zibeline :

Abonnez-vous



Déjà abonné ? Connectez-vous

Vous rencontrez des difficultés pour vous connecter ? Allez consulter notre page d'aide par ici