L'origami s'invite dans l'architecture : découper et plier une façade

Gilles Desplanques Pop-up House

L'origami s'invite dans l'architecture : découper et plier une façade - Zibeline

L’idée d’un kirigami architectural, par le découpage et le pliage (origami) de la façade d’un immeuble, a germé dans l’esprit de Gilles Desplanques lors de sa résidence à Astérides à la Friche Belle de Mai. Trophée (tête de cerf) était en effet un volume créé à partir d’un matériau simple et minimaliste : le placoplâtre découpé du mur. De là à dessiner le patron d’une cabane dans la façade, à le découper pour la laisser fixée à la paroi, et passer du plan vertical à la 3D ! Récupérer un bâtiment pour générer un nouvel habitat, accrocher un pliage d’enfant dans le ciel, exposer la face interne des architectures, bouleverser l’ordre de l’utile pour inventer un nouvel ornement urbain, le geste de Gilles Desplanques, profondément poétique, est lourd de sens multiples… C’est aussi un défi technique de grande ampleur ; il s’agit de transformer une surface de 8m x 6m en une cabane de jardin de 2m x 2m x 2,50m. Le CIMP, après l’étude de faisabilité, entend bien le relever : «On espère séduire un propriétaire immobilier, un acteur économique. Les pistes sont sérieuses, et se concrétiseront dans les trois prochains mois. Acte 1 : rendre ce concept réel et trouver un lieu visible qui accepte… qu’on lui pulvérise sa façade ! Acte 2 : prendre en charge les assurances, les autorisations, les accords de l’architecte et de la mairie. Acte 3 : finaliser le budget. Acte 4 : la réalisation en 2012». Pourra-t-on visiter la cabane ? Perdurera-t-elle après 2013 ? C’est ce que chacun espère. Car cette oeuvre qui sera très visible, audacieuse et totalement incongrue bouleverse aussi chacun des protagonistes : Gilles Desplanques qui «découvre un monde jusque-là ignoré, aux compétences diverses mises au service de son projet» ; le CIMP qui «va vivre une histoire emblématique durant 18 mois» et les AEM dont l’objet est «de lever les contraintes pour réussir une oeuvre qui symbolise MP2013 comme une série de métamorphoses».

 

MARIE GODFRIN GUIDICELLI

Novembre 2011

 

Repères

Fondateur de la galerie Ho et cofondateur de l’association Marseille Expos, Gilles Desplanques envisage la pratique de la sculpture comme «indéfectiblement liée à une certaine forme d’expérience de l’espace» politique, environnemental, géographique, social ou économique. Invité par l’association Voyons Voir, il installe au Mas de Cadenet son Phénix sur le principe de la construction-déconstruction, à partir des ruines d’un hangar ; sur la pelouse du Domaine du Château d’Avignon, sa maison individuelle calquée sur le modèle du standard pavillonnaire, Marée haute, alerte sur les risques d’inondation à venir ; à Maribor (Capitale européenne de la culture 2012), il développe l’idée radicale de «scalper» un bâtiment pour dénoncer une situation critique : celle d’une friche industrielle à la charpente classée par l’Unesco, mais vouée à disparaître…

 

Résidence

18 mois entre oct 2011 et janv 2013

 

Le Club immobilier Marseille Provence

Créé en 1997 par d’anciens élèves d’Euromed, le Club Immobilier Marseille Provence regroupe 42 chefs d’entreprises de diverses tailles, sur l’ensemble du territoire (Aix, Marseille, Avignon, Toulon) : géographe, notaire, urbaniste, architecte, bureau d’études, assureur… Leur objectif est d’assurer la promotion de ces différents métiers à travers l’échange, la formation et l’information, mais aussi de pouvoir constituer un centre de ressources transversal pour toutes les problématiques liées à l’habitat. Dès 2007 le CIMP a soutenu la candidature de Marseille Provence 2013.

 

Partenariat

Mécènes du Sud