"Dégradé" des frères Nasser remporte le prix "Jeune public" au 37ème CINEMED de Montpellier

Gaza salonVu par Zibeline

• 28 octobre 2015 •

Parmi les 10 films présentés en compétition longs métrages à la 37ème édition de CINEMED, trois évoquaient des conflits : la décennie noire en Algérie dans Maintenant ils peuvent venir de Salem Brahimi, des actes de barbarie, sujet encore tabou, commis par les Serbes dans Trois fenêtres et une pendaison d’Isa Qosja ainsi que de la situation à Gaza dans Dégradé des Palestiniens Tarzan et Arab Nasser.

Dégradé est une coupe de cheveux en escaliers et c’est dans le salon de coiffure de la Russe, Christine, que nous passons une heure et demie en compagnie de 12 femmes. Elles sont coincées là, parce qu’à l’extérieur, le Hamas a décidé de régler son compte à un mafieux (Tarzan Nasser) qui a volé le lion du zoo, une histoire inspirée par un fait divers survenu à Gaza en 2007. Un salon de coiffure, qui rappelle bien sûr les instituts de Venus Beauté de Tonie Marshall et de Caramel de Nadine Labaki.

Des femmes venues là pour se faire coiffer, maquiller, épiler et… parler. De la vie, de l’amour, des hommes. Des femmes de milieux sociaux variés, de culture ou de religion différente, des jeunes, des plus âgées, des divorcées, une future mariée…qui racontent les désagréments quotidiens, les coupures d’électricité, les impossibilités de sortir de Gaza, les difficultés à vivre dans cet enfermement. «Où veux-tu aller ? dit l’une d’entre elles. Même si tu réussis à passer les trois check points – celui du Hamas, celui du Fatah et celui d’Israël –, on finira par te prendre pour une terroriste et par t’envoyer en prison ! » Un portrait de la société gazaouie, du côté des femmes, fait avec beaucoup d’humour. De ce qui se passe dans la rue, on ne verra pas grand-chose mais le crescendo de l’agression est très bien rendu par le hors champ sonore qui peu à peu envahit le salon, aggravant les tensions entre les femmes : la bourgeoise agresse sa future belle fille qui est d’un milieu plus humble, une divorcée aigrie (Hiam Abbass qu’on n’a pas l’habitude de voir dans ce type de rôle) s’en prend à la coiffeuse, une femme enceinte est saisie de contractions, une commère est sommée de se taire. Tout cela dans un rythme tambour battant d’où on sort, épuisé et soulagé quand on se retrouve dans la rue… Mais on ne vous dira pas la fin…

Un huis clos à la fois drôle et grinçant qui parle de la société, des femmes, des hommes, de la vie en somme !

ANNIE GAVA
Novembre 2015

Le 37ème CINEMED -Festival international du cinéma méditerranéen de Montpellier- s’est tenu du 24 au 31 octobre 2015. Dégradé a obtenu une mention du Jury et le prix “Jeune public”.

Photo : Le Pacte

http://www.cinemed.tm.fr/