Critique: Now Here Else : DJEFF revient jusqu’au 8 septembre à la Fondation Vasarely d'Aix-en-Provence
Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Now Here Else : DJEFF revient jusqu’au 8 septembre à la Fondation Vasarely d'Aix-en-Provence

Game Play, mobilité et traces

• 14 juin 2018⇒8 septembre 2018 •
Now Here Else : DJEFF revient jusqu’au 8 septembre à la Fondation Vasarely d'Aix-en-Provence - Zibeline

Des albums de Bowie et Balavoine, des éditions pour la jeunesse, Ionesco, Pierre Boulle ou H. G. Wells figurent parmi les œuvres « tutélaires » de DJEFF réunies dans son Atelier moderne. L’artiste, ancien pensionnaire de la Villa Médicis, est de retour à la Fondation Vasarely qui l’a accueilli pour Gamerz et LAPS en 2014. Sa nouvelle exposition Now Here Else se déploie en deux parties distinctes avec flashbacks et productions in situ, les thèmes imbriqués les uns dans les autres faisant office de fil rouge. Sous le titre Genesis, DJEFF regarde dans le rétroviseur avec une installation à plusieurs bandes où le jeu vidéo sert de matrice à la création d’histoires, de situations, d’interactions. « La partie ludique m’intéresse beaucoup en tant que première interface de l’art » explique-t-il devant l’alvéole « vasarelienne » transformée en Space Arcade propice au rassemblement et au contact social. D’ailleurs le public se transforme en joysticks et participe physiquement aux compétitions : Simon Leone, Hyper Olympic, Vidéo Pong, Pentapong…

DJEFF opère un retour au présent dans Now Here Else composé d’œuvres in situ, récentes ou en cours, qui plaident en faveur d’une autre perception de l’environnement naturel et technologique. Moins ludiques et plus réflexives, elles mettent en jeu ses talents d’auteur, scénariste, plasticien, enseignant… Dans Now trois sabliers donnent la mesure du temps : l’humanité (mèches de cheveux encapsulées), l’éternité (quartz) et la termite (éclat de bois mangé). Évocation philosophique des règnes animal, minéral et végétal que l’on retrouve appréhendés, différemment, dans la performance filmée Résolution 37/7 (cette pièce vaut à elle seule le déplacement). Son questionnement sur l’homme idéal, l’humanité, la planète, l’intelligence artificielle s’immisce dans Vitruve comme dans Rise, « première pièce de ma bascule après ma résidence à Shanghai ». DJEFF n’a donc pas fini de basculer en bousculant les technologies pour revenir à l’essentiel : l’humain.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Juin 2018

Now Here Else
jusqu’au 8 septembre
Fondation Vasarely, Aix-en-Provence

Photo : Resolution 37_7 © OHNK


Fondation Vasarely
1 avenue Marcel Pagnol
13090 Aix-en-Provence
04 42 20 01 09
http://www.fondationvasarely.org/