Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

La quête solaire des Mammames enchante Châteauvallon grâce à la magie de Gallotta

Gallotta ou le syndrome Peter Pan

La quête solaire des Mammames enchante Châteauvallon grâce à la magie de Gallotta - Zibeline

On le savait adolescent dans l’âme, là Jean Claude Gallotta a délicieusement disjoncté ! Dans L’enfance de Mammame, il est meneur de jeu d’une drôle de tribu, affublé d’un bonnet et d’un short de scout, sautillant allègrement, chantonnant, racontant en mots, en musiques et en danses l’histoire de personnages fougueux reclus dans un théâtre. Lutin joyeux et bruiteur à ses heures qui refuse de grandir, délaissant la compagnie de ses congénères pour celle d’un peuple en quête du soleil : les Mammames. Le dit astre revêtant la forme d’un projecteur disparu dans les cintres du théâtre… Autrefois joyeux et bien au chaud, les voici donc soudainement plongés dans la tristesse et le froid. Le chemin qui les mènera au soleil sera ponctué de toutes sortes d’incantations païennes propices à de multiples figures chorégraphiques, car si Jean-Claude Gallotta s’adresse plus particulièrement au jeune public, jamais il n’appauvrit son vocabulaire ni ne schématise sa danse. Il montre comme à chaque création sa maîtrise des danses d’ensemble conçues comme des compositions géométriques, des groupes fragmentés en duos complices, des mouvements amples réalisés tantôt à l’unisson tantôt en décalé. Simplement, il garde sa fraîcheur intacte. Et met du baume au cœur des Mammames qui, pleins d’espoir, tentent l’impossible comme d’interpréter la danse de l’eau, la danse du fer, du sol, de l’air, celle encore des insectes et des oiseaux. Il y aura même « le pousser des fesses » ou l’inénarrable déambulation à quatre pattes au rythme de Schubert ! Gentiment irrévérencieux, loufoque et tendre, l’artiste convie sa tribu (et nous tous) à « la table de la gentillesse et de l’humour ». Impossible de refuser une telle invitation quitte à se brûler les ailes sous la chaleur du soleil retrouvé.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI

Mai 2016

L’enfance de Mammame a été donné le 10 mai à Châteauvallon, scène nationale

L’enfance de Mammame © Guy Delahaye


Châteauvallon – Scène nationale
795, chemin de Châteauvallon
BP 118
83192 Ollioules cedex
04 94 22 02 02
www.chateauvallon.com