Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Rien ne se passe jamais comme prévu : une pièce de Kevin Keiss au théâtre des Salins

Futur onirique

Vérifier les jours off sur la période
Rien ne se passe jamais comme prévu : une pièce de Kevin Keiss au théâtre des Salins - Zibeline

Une survie post-apocalyptique, la langue russe et l’oiseau de feu, des forêts profondes et des êtres mutants, qui disparaissent sans mourir… L’univers de Kevin Keiss, jeune auteur dramatique prodige, a toute l’étrangeté grinçante de Volodine et de ses pseudos acolytes post-exotiques, même s’il regarde moins du côté de l’humour du désastre, et davantage vers la tendresse.

La mise en scène de Lucie Berelowitsch, récemment nommée à la tête du Centre Dramatique National de Vire, joue magnifiquement de ces plans onirique, fantastique et réaliste qui se mêlent de façon très perméable, pour créer un conte effrayant, écologique et noir, où la possibilité d’un ailleurs rejoint celle du désir de mort.

L’idée ? Dans une banlieue où les arbres n’existent plus et où les oiseaux ne sont qu’un souvenir, trois enfants grandissent sous l’œil d’une mère tendre et d’un père en colère. Quand celle-ci disparaît tout se délite, et l’aîné part à sa recherche, en quête d’une pomme d’or et d’un oiseau de feu. L’argument pourrait ressembler à celui d’un joli spectacle pour enfants mais tout y est inattendu, de la musique qui emprunte au rock comme à Bizet, des chants polyphoniques au décor étroit qui s’ouvre sur un espace trop vaste et trop noir, de la fille rencontrée dans la forêt aux réponses qui ne sont pas obtenues. Car la révélation n’aura pas lieu, un lac mobile sera traversé sans que l’on comprenne quel est le terme du voyage initiatique…

Les comédiens jouent aussi sur d’étranges registres, jamais convenus : Niels Schneider et Camélia Jordana, dans les rôles principaux, sont évanescents et sans âge, accompagnés et soutenus par Nino Rocher et Jenna Thiam, les cadets, Marina Keltchewsky, la mère russe qui chante divinement, et Jean-Louis Coulloc’h, empli de colère embarrassée qui peint sa détresse sur un coffre en d’effrayants visages..

AGNES FRESCHEL
Mars 2019

Rien ne se passe jamais comme prévu a été joué le 20 mars aux Salins, Martigues

Photo : -c- Simon Gosselin


Théâtre des Salins
19 Quai Paul Doumer
13692 Martigues
04 42 49 02 01
www.les-salins.net