Mathieu Salama redonne ses lettres de noblesse au faste baroque

Furioso BaroccoVu par Zibeline

Mathieu Salama redonne ses lettres de noblesse au faste baroque - Zibeline

On a coutume d’écouter l’opéra baroque comme on va au concert : l’image prime sur l’action, et le faste réside davantage dans le miroitement des timbres que dans celui des harmonies, dans la langue davantage que dans la forme. Comment se fait-il alors que Furioso Barocco parvienne sans effort à faire récit ? Si les extraits d’opéras choisis pour ce Furioso Barocco résonnent avec autant d’intensité, ce n’est pas (seulement !) parce que ces coupes isolent les morceaux de bravoure de leurs récitatifs voisins, de leurs da capo redondants, ou opposent à la langueur d’un compositeur la vigueur d’un autre… Mais bel et bien parce que la voix unique de Mathieu Salama recèle des trésors de musicalité et de théâtralité, qui convoquent le dynamisme de Vivaldi chez Frescobaldi, la poésie de Monteverdi chez Haendel – à moins que ce ne soit le contraire ? Tenus depuis une vingtaine d’année à une clarté de timbre sans accroc, les contre-ténors n’osent aujourd’hui plus cette prise de risque-là, où l’aigu vient flirter avec une rugosité certaine, où la voix de tête se pare d’un grain délicieux… En communion avec cette voix étonnante, qu’on espère pouvoir entendre à nouveau au plus vite, l’ensemble La Réjouissance porte décidément bien son nom.

SUZANNE CANESSA
Décembre 2020

Furioso Barocco
Mathieu Salama
Klarthe, 15 €