Vu par Zibeline

Brother de Marco Da Silva Ferreira avec Montpellier danse

Frères amis

• 15 octobre 2019⇒16 octobre 2019 •
Brother de Marco Da Silva Ferreira avec Montpellier danse   - Zibeline

Plaisir d’être sur scène. Il est évident, chez les sept danseurs de Brother, qui se sourient largement, aussi joyeux de se croiser entre deux mouvements que deux copains qui se rencontrent par hasard dans la rue. Marco Da Silva Ferreira travaille cette alchimie du vivre ensemble ; c’est ce qu’il appelle le « urban me », qu’il corrèle avec le « human me ». Une réflexion sur l’agrégation des corps en un groupe organique, un concentré de vie(s) qui fonctionne dans l’alchimie du rythme (produit en direct par Rui Lima et Sérgio Martins) et des énergies individuelles, canalisées par un savoir ancestral (de postures empruntées aux danses folkloriques, communautaires, urbaines) joyeusement réapproprié, revendiqué. D’abord un solo, en silence, interprété par le chorégraphe portugais. Tout en tensions millimétrées, il bat des bras, comme un oiseau qui voudrait s’envoler. Mécanique. On sent une présence qui tirerait les fils : bras et jambe gauches levés ensemble, puis côté droit. Émouvant pantin solitaire, mu par une force extérieure invisible. C’est avec l’arrivée des autres, ses frères (4) et sœurs (2) de plateau, avec les pulsations qui démarrent peu à peu, que la pièce commence à s’ébrouer. Le fluide, la connivence, l’envie, le partage, tout cela irrigue les membres de cette famille d’un sang qui bat jusque dans les branches d’un arbre généalogique assez grand pour nous englober tous. Marco Da Silva Ferreira va chercher du côté de l’Afrique du Sud, du voguing new-yorkais, dans les rues de Jamaïque ou d’Angola ; mémoire et transmission fonctionnent à plein régime, ça vit très fort, les corps sont déchainés. « Hi, Ha ! », scande la fratrie, reprise par les musiciens qui multiplient le cri (de joie ? de guerre ? les deux ?). La transe prend corps. Interprétation virtuose des danseurs. Mais qui invoquent-ils ? Dans quoi nous entrainent-ils ? Les tenues urbaines sont remplacées par des costumes extravagants, baroques et très drôles. « Ho, Ho, Ha, Ha ! », l’humour prend le pas, d’une pirouette on s’échappe du discours sociologisant. Give me five !

ANNA ZISMAN
Novembre 2019

Brother (2017) a été accueilli par Montpellier danse, ICI-CCN Montpellier et le Théâtre de la Vignette à Montpellier les 15 & 16 octobre

Photo : Brother © José Caldeira


Institut Chorégraphique International
CCN Montpellier-Occitanie / Pyrénées
Agora, boulevard Louis Blanc
34000 Montpellier
04 67 60 06 79
http://ici-ccn.com/


La Vignette
Université Paul Valéry 3
Route de Mende
34199 Montpellier
04 67 14 55 98
theatre.univ-montp3.fr


La Panacée
14, rue de l’Ecole de Pharmacie
34000 Montpellier
04 34 88 79 79
lapanacee.org