Vu par Zibeline

Première monographie consacrée à Fouad Bouchoucha chez Sextant et plus

Fouad Bouchoucha

Première monographie consacrée à Fouad Bouchoucha chez Sextant et plus - Zibeline

Initiée par Maud Chavaillon pour Sexant et plus, cette première monographie consacrée à Fouad Bouchoucha, conçue par l’artiste avec la collaboration du collectif de graphistes S-y-n-d-i-c-a-t (Sacha Léopold, François Havegeer) se veut une « publication sophistiquée ». À l’instar de maintes publications dans le domaine de l’art contemporain celle-ci se présente comme un objet artistique se jouant particulièrement des codes du genre. L’accent est mis sur le travail de la maquette et ses effets visuels. Les annotations et légendes en gras sont manifestement très « données à voir », parfois en surimpression, certains italiques sont renversés, sans sommaire, contrairement aux usages traditionnels, quitte à brouiller la lecture tout en proposant d’en renouveler le processus de compréhension. La tranche se laisse voir en non-fini, brochage cousu et colle visibles. Une jaquette l’entoure faisant office en partie de couverture, au format poster à déplier, qui reproduit d’un côté une image façon test d’imprimerie et de l’autre une œuvre de l’artiste. L’ensemble fait se succéder à première vue deux sections semblant identiques. La première, avec reproductions d’œuvres et textes en français, est imprimée en France ; la seconde, imprimée en Lituanie, reprend les textes traduits en anglais et les œuvres ou les vues d’expositions sont présentées sous des angles nouveaux. Une fois admise cette étape de lecture déconcertante, il faut se retourner vers les essais des contributeurs, Rebecca Lamarche-Vadel (analyse de l’installation monumentale Paysages Topographiques), Alice Marquaille (sciences, technologie), Hélène Meisel (records, bodybuilding), Leïla Quillacq (démesure) et dans l’interview donnée avec Guillaume Mansart pour entrer davantage dans la démarche complexe du plasticien-performeur fasciné par les démesures de notre époque. Les visiteurs des expositions et performances commises par Fouad Bouchoucha notamment à Marseille à la Friche de la Belle de Mai, lors du festival Riam à Montévidéo ou à l’occasion de l’inauguration du FRAC en 2013, comprendront mieux leur hébétude.

CLAUDE LORIN
Avril 2016

Fouad Bouchoucha
Sextant et plus/Les presses du réel, 22 €