Une nuit à la Présidence, de bons sentiments dans un bouillon tiède

FMI sur canapéVu par Zibeline

• 20 novembre 2014⇒22 novembre 2014 •
Une nuit à la Présidence, de bons sentiments dans un bouillon tiède - Zibeline

Quand la tribune s’embourgeoise …le théâtre s’appauvrit ! Et on sait tous ce qu’il  advient des bons sentiments servis dans un bouillon tiède ; et pourtant le projet de Jean Louis Martinelli de mettre en scène dans Une Nuit à la présidence son travail avec un groupe d’acteurs burkinabés a tout pour susciter sympathie et a priori favorable ; la trame, simple comme un clin d’œil aux Visiteurs du Soir de Carné, fait la part belle aux musiciens venus animer la réception donnée par le président d’une république africaine en l’honneur d’un investisseur étranger (Nick / Nique ?) vêtu de lin blanc sinon de probité candide ; les troubadours vont bientôt donner de la voix et se révéler habiles à porter critiques et constats amers face à un homme politique corrompu emblématique des dérives de son pays…« Partir » chantent-ils sagement sur la musique de Ray Lema à minima à minima et le ton est donné : on avait assisté en ouverture, entre deux canapés gris-bleu, à la scène de jalousie, rassurante pour la stabilité des clichés, de l’imposante first lady ; on subit de front et en rang d’oignon la dénonciation ( légitime certes !) de tout ce qui foire en Afrique et la liste est longue on le sait bien –l’écriture appliquée ne garde des improvisations d’où elle  vient que la simplification de la farce ; on a du mal à rire et tout autant à pleurer ; lorsque la splendide (ben oui et superbement vêtue de surcroit !)  Odile Sankara fait son entrée en « Aminata-ministre de la culture » on a une pensée émue pour la vraie Traoré qui a collaboré à l’écriture de son propre rôle, le fixant malencontreusement en icône chic de la contestation institutionnelle. La satire reste en rade et on préfère le Bamako de cinéma !

MARIE JO DHO
Novembre 2014

Une Nuit à la présidence de Jean Louis Martinelli / musique de Ray Lema a été présenté au Gymnase du 20 au 22 novembre    

Crédit photo: Pascal Victor

Théâtre du Gymnase
4 rue du Théâtre Français
13001 Marseille
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net/