Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Miranda au coeur de "Tempête !" d'Irina Brook à la Criée

Filiation apaisée

• 16 décembre 2018⇒21 décembre 2018 •
Miranda au coeur de

« Nous sommes de l’étoffe dont les rêves sont faits » affirme Prospero, transformé par Irina Brook en pizzaiolo napolitain. Mais dans cette Tempête ! la magie du Roi exilé, entre sorcellerie et close-up, n’a rien de grandiloquent. Elle est celle d’un conte dont l’étrangeté a été comme résolue : ce vieil homme qui déclenche les ouragans pour se venger d’un frère usurpateur, qui sur son île se prend pour un Dieu et un Maître des hommes, des esprits et de la nature, va rentrer dans le rang, casser sa baguette, pardonner tout le monde et repartir avec sa fille. Une réconciliation lourde de sens. Ou plutôt, légère de sens…

Car le spectacle, créé en 2010 et repris depuis 2017 avec de jeunes comédiens chanteurs, est bien une forme légère, transportable, brève, adaptée aux enfants, habitée de chant napolitain, de ukulélé et de tours de magie. Sans grands effets, reposant sur cinq comédiens qui passent d’un rôle à l’autre et jouent à jouer sans réalisme, cabotinant un peu, à l’italienne. Mais la comédie n’est pas pour autant inconséquente : comment pourrait-il en être autrement, lorsque l’on se souvient que La Tempête de Peter Brook a marqué l’histoire du théâtre ? Il situait cette pièce onirique au carrefour de l’Afrique, de Bali et du Japon, dans un inconscient commun, hors de l’Histoire. La fille célibataire de Prospero n’y était qu’un rouage, objet d’enjeux universels, mais masculins, et royaux…

La fille de Peter Brook, bercée par Shakespeare, situe l’intrigue dans le peuple, fait jouer le sauvage par un Noir, met Miranda, dès le début, au centre de la pièce : c’est ce personnage de fille délaissée, coupée du monde, en butte à un père tyrannique qui est au cœur de cette Tempête ! C’est au nom de Miranda que l’esclave noir, l’esprit protecteur d’ Ariel, et le fiancé -qui n’est pas un Prince mais un jeune titulaire d’un BTS de compta-, s’affranchiront de la domination et pourront entrer dans un monde moderne et apaisé. Où le théâtre n’est plus un tissu de rêves effrayants, mais un jeu d’enfant.

Agnès Freschel
Décembre 2018

Tempête ! a été joué à La Criée, Marseille, du 16 au 21 décembre

Photo : Tempête ! © Gaëlle Simon


La Criée
30 Quai Rive Neuve
13007 Marseille
04 91 54 70 54
http://www.theatre-lacriee.com/