Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Le Ballet National de Marseille passe commande à la plasticienne japonaise Chiharu Shiota

File la laine, file le temps

• 18 juillet 2014⇒19 octobre 2014 •
Vérifier les jours off sur la période
Le Ballet National de Marseille passe commande à la plasticienne japonaise Chiharu Shiota - Zibeline

Jusqu’au 19 octobre , la Vieille Charité abrite State of being, une installation commandée par le Ballet National de Marseille à la plasticienne japonaise Chiharu Shiota. Un cahier des charges a minima croisant la mémoire du Ballet et celle d’un lieu exceptionnel : l’artiste devait utiliser les costumes imaginés par Luisa Spinatelli pour Le Guépard, production de Roland Petit créé en 1994 à l’Opéra sur un livret d’Edmonde Charles-Roux, et investir la chapelle à coupole elliptique érigée par Pierre Puget au centre de la cour du musée marseillais. Cadeaux plus que contraintes pour Chiharu Shiota qui a déclaré que tout son travail portait sur la mémoire et qui débobine ses pelotes dans les espaces les plus divers.

State of being ( Le guépard) s’offre frontalement à qui franchit la porte de la chapelle. Éclairées au zénith par la lumière changeante du jour et en dessous par des spots posés au sol, suspendues à diverses hauteurs et sur des plans différents, dix robes de bal en mousseline blanche ou rose, flottent au milieu d’entrecroisements de fils de laine noire. Accrochés à une structure métallique fixée juste au-dessous de la voûte de la chapelle, ces fils descendent jusqu’au plancher, se nouant aux piliers, tissant tout l’espace pour former, bien plus qu’un piège arachnéen, un cocon géant en expansion. On tourne autour du dispositif, on y pénètre par des tunnels percés en quelques coups de ciseaux, on passe sous la fleur des jupons. Dans le halo né de l’imperceptible effilochage laineux démultiplié, le temps semble arrêté comme le mouvement dont on perçoit pourtant les trajectoires filaires tendues, enchevêtrées, ricochant sur la pierre du monument, entrelacs d’entrechats. L’œuvre est virtuose -il y faut un peu de folie, une pelote de quelque 250 km de fil et une équipe d’assistants chevronnés dans l’art du noeud et de l’agrafe- Elle joue de la richesse imaginaire, mythologique, polysémique du fil et du tissage, de la métonymie des tissus dans l’absence des corps. Comme Louise Bourgeois ou Annette Messager, Chiharu Shiota qui représentera le Japon à la prochaine Biennale de Venise crée un univers sensible éminemment symbolique, intime, universel, accessible à tous.

ELISE PADOVANI
Juillet 2014

Photo :  Chiharu-Shiota-Labyrinth-Memory-2012-©-VG-Bild-Kunst


La Vieille Charité
2 Rue de la Charité
13002 Marseille
04 91 14 58 80
http://vieille-charite-marseille.org/