Valeurs sûres et jeunes talents, la 25e édition de la Fiesta des Suds n'a pas déçu

Fiesta avant, pendant, tout le tempsVu par Zibeline

Valeurs sûres et jeunes talents, la 25e édition de la Fiesta des Suds n'a pas déçu - Zibeline

42 000 spectateurs ont franchi le ponton du Dock pour sa 25e Fiesta des Suds. Un équipage multicolore et intergénérationnel, venu plonger dans l’océan des musiques actuelles du monde.

Bien sûr, il y avait les poids lourds. Ou plutôt les gros cargos, au vu de la scénographie de l’édition. Thiéfaine, Louise Attaque, Cassius en tête. Ils étaient attendus et n’ont pas déçu. Il y a eu aussi les invités dont on ne pouvait que se réjouir de leur participation à ce joyeux quart de siècle : Jeanne Added, Deluxe, Smokey Joe and the Kid, Moussu T. Il y eut enfin les découvertes et coups de cœur, celles et ceux que la Fiesta peut encore s’honorer de provoquer. Ce fut vrai pour The Dizzy Brains, Skip&Die vs Lindigo, Swan Ink ou PinkNoColor.

Loin des clichés d’un dinosaure sur le retour, Hubert-Félix Thiéfaine a rassemblé une foule immense devant la scène extérieure. Festif et résolument rock, le Vixi Tour XVII du jurassien fut l’occasion de retrouver l’auteur de La fille du coupeur de joint, dans une version dépouillée, comme un présent d’amis de trente ans. Entre des titres plus récents, teintés parfois de blues rock, les très attendus Loreleï ou Alligator 427, toujours prégnant d’actualité, ont nourri ce beau moment de communion.

Dans un tout autre style, les Aixois Deluxe installaient une ambiance de folie où l’auditoire, considérablement rajeuni, accompagnait de sauts à pieds joints les beats soutenus de l’électro-groove funky. Le show tant visuel que sonore de Liliboy et sa bande moustachue aux tenues délirantes fut électrisant et inventif, véritable diffuseur de déhanchés et d’énergie.

Ils sont jeunes, provocateurs et subversifs. The Dizzy Brains, révélation des dernières Transmusicales de Rennes, ont bousculé les amateurs de rock garage et au-delà. Guitare et basse saturées, voix d’une agressivité sensuelle, les Malgaches ont abordé la situation politique de leur pays sans oublier d’évoquer une autre de leur préoccupation : le sexe.

La rencontre entre les Hollando-Sud-Africains de Skip&Die et les Réunionnais de Lindigo accoucha d’une création électropicale aux accents maloya. La douzaine de musiciens est menée par l’artiste plasticienne et chanteuse sud-africaine Cata.Pirata pour un set exaltant, digne d’un carnaval de rythmes sans frontières mais pas sans racines.

Belles surprises locales, Swan Ink et Pink No Color explorent des sentiers électro pop rock divergents. Pourtant, le duo d’Aubagnaises minimaliste comme le quintette marseillais aérien errent dans des univers à la fois sensibles et décoiffants où le chant nuancé ou obsédant accompagne des compositions léchées ou enragées.

Une Fiesta des Suds considérée par beaucoup comme un grand cru. Il faut dire que son before officiel, la soirée Global Local, a placé la barre bien haut grâce aux shows de Siska et surtout Anthony Joseph.

THOMAS DALICANTE et FRÉDÉRIC ISOLETTA
Novembre 2016

La Fiesta des Suds s’est déroulée du 19 au 22 octobre, précédée par la soirée Global Local, le 15, au Dock des Suds, Marseille

Photo : Skip&Die vs Lindigo © Johanna Tzipkine

Dock des Suds
12 rue Urbain V
13002 Marseille
04 91 99 00 00
www.dock-des-suds.org