Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

La vie romanesque et tumultueuse du compositeur Alessandro Stradella, narrée par Franck Emmanuel Comte

Feu d’artifices de basses obstinées : Il mondo che gira

• 24 juillet 2013 •
La vie romanesque et tumultueuse du compositeur Alessandro Stradella, narrée par Franck Emmanuel Comte - Zibeline

De Venise à Naples, de Londres à Paris, le monde baroque, fort des découvertes des navigateurs espagnols et portugais, est en perpétuel mouvement, croisements musicaux intenses : Tarentelles, Chaconnes, Passacailles,  Folies… E pur si muove, avait osé Galilée (1633) devant l’inquisition, avec les conséquences qu’on connaît. La basse obstinée, répétition sans fin d’une cellule, sur laquelle se posent mille variations, permet une floraison d’œuvres. La danse se mêlera volontiers à ces joutes musicales pour un patrimoine hors du commun. L’Ensemble Le Concert de l’Hostel Dieu proposait ce 24 juillet au Musée Granet un parcours original, centré sur la vie romanesque et tumultueuse du compositeur Alessandro Stradella, narrée par Franck Emmanuel Comte, laissant clavecin et orgue. Stradella, parti avec son élève Hortensia de Venise, sera assassiné par deux tueurs à gage aux ordres du père furieux ! Magnifique la voix d’Heather Newhouse, soprano : sons filés, mourant, tenus, virtuoses dans les parties redoutables de vocalises (Cicerenella, anonyme, Su, su, su coronate mi de Stradella), dramatiques (Eraclito Amoroso de Barbara Strozzi). La basse continue est assurée par le violoncelle précis, bondissant de Nolwenn Le Guern, subtils théorbe et guitare d’Etienne Galletier, tandis que François Costa, violon, assure les contrechants et retours mélodiques des thèmes avec ferveur. Franck Emmanuel Comte guide, accompagne (clavecin), assure l’harmonie nécessaire. On se balade dans l’extraordinaire répertoire de la musique pour basse obstinée : phrases plaintives  ou brillantes. La dernière pièce Passacaglia della vita (Passacaille de la vie) rappelle l’étymologie espagnole de cette danse : pasar (por) la calle : passer par la rue, musique de passage, de relais, transmission de beautés et de doux affects.

YVES BERGE
Juillet 2013

Photo : Concert-de-l’Hostel-Dieu-Yves-Bergé

Festival Coté Cour, Musée Granet, Aix en Provence

 


Musée Granet
Place Saint Jean de Malte
13100 Aix-en-Provence
04 42 52 88 32
http://www.museegranet-aixenprovence.fr/