Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

L’Orchestre Philharmonique de Marseille au Pharo

Fête symphonique

• 13 décembre 2013, 13 décembre 2013 •
L’Orchestre Philharmonique de Marseille au Pharo - Zibeline

La dernière sortie de l’année de Lawrence Foster à la tête de l’Orchestre Philharmonique de Marseille a été festive. Juste avant la dernière des Huit danses slaves de Dvorak, grand « bis » traditionnel des  formations symphoniques, le maestro – qui effectue un magnifique travail depuis son arrivée Place Reyer – a gentiment souhaité de bonnes fêtes au public, le remerciant au passage d’être venu en nombre au Pharo le 13 décembre.

Pétaradant et tonitruant, à coups d’archet, mailloches ou à pleine bouche, cordes, percussions et vents attaquent le dernier mouvement rhapsodique, paradent au rythme d’un martèlement ternaire hallucinant… C’est une atmosphère de kiosque à musique, à la fois raffinée et puissante, nourrie au folklore de l’Est, populaire et savante, qui s’achève après un feu d’artifice de cadences et contretemps, de mélodies brillantes savamment agencées, de cassures rythmiques souplement négociées : un formidable « exercice » d’orchestre pour soirée de gala !

Auparavant, le souffle romantique de Brahms a irrigué l’auditorium de ses vagues de pathos stimulant l’imaginaire, invoquant une narration secrète… Au violoncelle Jean-Éric Thirault, abandonnant pour un soir son rang de « 1er violoncelle solo », donne une réplique sobre, nette, nuancée et virtuose à Olivier Charlier, violoniste au panache rompu aux podiums de solistes. Le duo, complice dans les phrasés et respirations, sous la direction claire et efficace de l’Anglais, nous emporte dans un univers poétique, vibrant et riche, s’imbriquant dans la pâte symphonique, phalange puissante au grand complet.

Il ne manquait au programme qu’un peu d’originalité : une pièce moderne par exemple, qui aurait satisfait ceux qui ne se contentent plus d’un répertoire (aussi beau soit-il !) au passé… « ressassé ».

JACQUES FRESCHEL

Décembre 2013

Photo : Olivier Charlier, Jean-Éric Thirault, Lauwrence Foster

& l’Orchestre Philharmonique de Marseille © J.F