Vu par Zibeline

Prix Médicis étranger 2019 : Miss Islande d'Audur Ava Ólafsdóttir

Femme volcan

Prix Médicis étranger 2019 : Miss Islande d'Audur Ava Ólafsdóttir - Zibeline

Le dernier roman d’Audur Ava Ólafsdóttir, Miss Islande, s’ouvre sur une sorte de prologue dans lequel la mère de l’héroïne relate qu’à sa naissance, en 1942, elle voulait lui donner le nom d’Arnildur, la femelle de l’aigle, « un prénom de combattante » précise-t-elle. Son mari, passionné par les volcans, choisit, lui, le prénom d’Hekla pour la nouvelle-née. Pas moyen de le faire changer d’avis. Et lorsque, quatre ans et demi plus tard, le volcan Ekla entre en éruption après 102 ans de sommeil, le père prend sa jeep pour aller voir de ses yeux le phénomène…et emmène avec lui la fillette. De ce voyage, celle-ci revient transformée : « Tu avais fait un voyage. Tu t’exprimais différemment. Tu parlais la langue des éruptions… » Une écrivaine est née, qu’on retrouve 21 ans plus tard, alors qu’elle quitte la ferme familiale pour aller vivre à Reykjavik. Dans ses bagages, sa machine à écrire et quatre manuscrits. Oui, mais l’Islande en 1963 n’est pas vraiment un pays d’égalité entre les hommes et les femmes. Pas vraiment un cadre propice à l’émancipation. « Poète est un nom masculin », lit-on en tête du premier chapitre. Et ce que propose son voisin de car à Hekla, c’est plutôt de briguer le titre de Miss Islande. Elle refuse évidemment. Pour gagner sa vie, elle sera serveuse, payée deux fois moins que ses collègues masculins et exposée aux attouchements et propos graveleux des clients. Mais qu’importe, l’essentiel est qu’elle continue d’écrire. En une succession de brefs chapitres aux titres souvent insolites, le roman suit le parcours, pas toujours facile, d’Hekla vers la reconnaissance et la liberté. Avec elle, Isey, son amie d’enfance, qui a choisi une existence plus traditionnelle et surtout Jon John, son complice en marginalité. C’est donc, encore une fois, un récit simple et savoureux, quelque peu ironique aussi (les écrivaillons machos islandais en particulier en prennent pour leur grade). Et encore une fois l’histoire d’un combat courageux.

FRED ROBERT
Novembre 2019

Audu Ava Ólafsdóttir a reçu le Prix Médicis étranger 2019

Miss Islande Audur Ava Ólafsdóttir
Éditions Zulma   20,50 €