Le film Good Bye Moroccco de Nadir Moknèche présenté en avant-première aux Variétés

Femme fataleVu par Zibeline

Le film Good Bye Moroccco de Nadir Moknèche présenté en avant-première aux Variétés - Zibeline

Une femme, veste longue ouverte sur son corps nu, fume et manipule de l’argent dans une chambre puis donne rendez-vous à un homme à l’hôtel Kon Tiki. On ne saura que plus tard les raisons de ce rendez-vous. En effet, Good Bye Moroccco, le dernier film de Nadir Moknèche ne suit pas une narration linéaire et le spectateur est longtemps en interrogation sur les motivations et relations des personnages, en particulier celles de Dounia Abdallah (Loubna Azabal). Divorcée, ayant perdu la garde de son enfant, elle vit avec un architecte serbe (Rasha Bukvic) à Tanger et dirige un chantier immobilier, où sont découvertes des tombes chrétiennes du IVe siècle, ornées de fresques dont une orante, une femme en prière. Une aubaine pour elle qui, voulant  faire quitter le pays à son fils, va se lancer dans un trafic de pièces archéologiques. La disparition d’un ouvrier clandestin nigérian, Gabriel (Ralph Amoussou), qui a des rapports avec le directeur du cinéma de Tanger (Grégory Gadebois) va tout bouleverser, y compris ses rapports avec Ali, son chauffeur, ami d’enfance (Faouzi Bensaïdi).

Dans ce film noir, le passé resurgit sans cesse dans le présent : la fresque, la photo de l’enfance de Dounia et Ali enfants, l’ex-mari, le corps de Gabriel, mettant les personnages sous le poids de la fatalité tragique. À travers le personnage de Dounia, la «femme fatale»,  Nadir Moknèche amène le spectateur à s’interroger sur le statut de la femme, sur les rapports de classe, sur les tabous autour du mariage interreligieux, tout naturellement, sans didactisme.

La photographie d’Hélène Louvart restitue à merveille l’atmosphère du film noir : la moiteur, le brouillard, et la lumière blanche de Tanger. Un film réussi.

ANNIE GAVA

Janvier 2013

 

Le film est présenté en avant-première au cinéma Les Variétés vendredi 1er février à 20h, en collaboration avec AFLAM. La séance sera suivie d’un débat animé par Tahar Chikhaoui, critique de cinéma. Sorti en salles le 13 février.

 

Cinéma Les Variétés
37 rue Vincent Scotto
13001 Marseille
facebook.com/Cinemalesvarietes