Critique: Intime et social, le roman de Hugo Boris, Police
Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Intime et social, le roman de Hugo Boris, Police

Femme et flic

Intime et social, le roman de Hugo Boris, Police - Zibeline

Hugo Boris voulait écrire un roman sur la police en action, vue de l’intérieur. Y intégrer une femme comme personnage central lui donne un intérêt particulier. Et si cette femme, mère d’un très jeune enfant, est à la veille d’un avortement, l’intime se mêle au social et offre un point de vue différent sur ce métier que finalement on connaît mal. Hugo Boris, dont le frère est dans le milieu, a voulu changer le regard sur ces femmes et ces hommes de terrain qui ont tout le temps les mains dans le cambouis. Virginie, Aristide et Érik sont chargés d’une mission inhabituelle ; il s’agit d’escorter un réfugié tadjik à la frontière, à l’aéroport. Ce n’est pas une mission habituelle, mais ils se sont portés volontaires. Ils ont coutume de travailler ensemble, une liaison a même commencé entre Aristide et Virginie. Au centre de détention, une militante d’association d’aide aux réfugiés annonce à Virginie qu’on attend une décision de la Cour Européenne. L’homme a été torturé dans son pays, s’il y retourne, son compte est bon. Le message fait désormais son chemin dans l’esprit de Virginie, et même si elle n’en est pas consciente au début elle est déstabilisée. Aussi fait-elle une chose interdite, elle ouvre le dossier du Tadjik et lit sa déposition, le récit de son engagement, de ses luttes dans son pays. Tous les trois maintenant savent. À partir de ce moment, le huis-clos dans le véhicule est de plus en plus pénible. L’éventualité de laisser le prisonnier s’échapper germe peu à peu. Même Érik, le chef, le plus réglo, commence à l’envisager. Hugo Boris nous fait partager les réflexions de chacun des policiers, leurs doutes sur leur métier et leur mission. L’obligation de l’obéissance doit-elle rendre un policier aveugle et insensible ? Comment concilier un métier ardu et la vie privée ? Le beau personnage de Virginie en illustre toutes les nuances.

CHRIS BOURGUE
Avril 2018

Ce livre fait partie de la sélection pour le Prix littéraire des lycéens et des apprentis de la région PACA

Police Hugo Boris
Grasset, 17,50 €