VALIE EXPORT, artiste féministe pionnière, au Pavillon populaire

Femme conceptVu par Zibeline

• 23 octobre 2019⇒12 janvier 2020 •
VALIE EXPORT, artiste féministe pionnière, au Pavillon populaire  - Zibeline

1968, dans les rues de Munich. Une femme se promène, chemisier en plumetis, ouvert sur une boite en polystyrène : un cube, avec un petit rideau sur le devant. Les passants sont invités à « aller au cinéma pour y savourer le réel » en introduisant les mains derrière le rideau, pour les enfoncer jusque sur « l’écran » de cette salle miniature…et rencontrer ainsi les seins nus de VALIE EXPORT. Scandale dans les esprits autrichiens. Celle qui venait de changer de nom, en inventant, pour se libérer de ceux de son père et de son mari, ce pseudonyme à considérer comme une marque déposée, un logo dont elle tamponne désormais ses multiples œuvres, exécutait l’une de ses plus célèbres performances (Cinéma du toucher), posant les bases de son discours d’artiste femme (ou de femme artiste). C’est en effet à proprement parler un « film de femme », peut-être le premier, revendique-t-elle, puisqu’elle inverse le regard du voyeur : il n’est plus celui qui observe une femme nue dans l’obscurité protectrice d’une salle de cinéma (porno), mais est incarné par tous les passant(e)s qui voient celui qui touche. EXPORT initie alors « le premier pas de la femme de l’objet au sujet ». L’année suivante, un pas de plus est franchi : Action/pantalon : panique génitale sème le trouble cette fois dans l’antre même du cinéma porno. Habillée d’un jean découpé qui découvre son sexe nu, elle circule entre les spectateurs, contraints de voir en vrai et de près ce qu’ils sont venus consommer. Le fantasme s’efface, le réel déchire l’écran, en chair et en poils. Deux photographies témoignent de ces grands moments artistiques, politiques, féministes à l’entrée de l’exposition. Des petits format, qui font plus office de documents d’archives que d’objets artistiques classiques ; des concepts, des moments clé, à l’échelle de l’histoire de l’art. C’est une réelle expérience (que le livret d’aide à la visite contribue parfaitement à accompagner) de faire le trajet mental pour se replonger dans le contexte d’il y a 50 ans, et mesurer ainsi le séisme que cette petite femme d’aujourd’hui 79 ans provoquait lors de ses performances. Expanded arts (commissariat Brigitte Huck) se poursuit dans la grande salle, qui présente, parmi d’intéressants travaux d’images sérielles et pour la première fois dans ce lieu dédié à la photographie, une installation : Fragments des images d’un contact (1994) décompose le temps, celui de l’image Super 8 (18 images par seconde), et mélange, sinon les corps, au moins les fluides. 18, donc, éprouvettes grand format remplies d’eau, de lait ou d’huile de moteur, pénétrées verticalement par des ampoules suspendues allumées, qui vont et viennent, régulières. Érotisme, expérience médicale, poésie de la lumière dont le halo varie autour des cylindres transparents, les évocations déferlent et une sorte d’apaisement s’impose. Rien n’est encore réglé, mais peut-être que les choses avancent.

ANNA ZISMAN
Novembre 2019

VALIE EXPORT Expanded Arts
jusqu’au 12 janvier
Pavillon populaire, Montpellier
04 67 66 13 46 montpellier.fr

Photo : VALIE EXPORT, TAPP UND TASTKINO, [Cinéma du toucher] 1968 Action corporelle, film de rue – Photographie noir et blanc. 101 x 80 cm © VALIE EXPORT © Werner Schulz

La Panacée
14, rue de l’Ecole de Pharmacie
34000 Montpellier
04 34 88 79 79
lapanacee.org

Pavillon Populaire
Esplanade Charles de Gaulle
34000 Montpellier
04 67 66 13 46
montpellier.fr/506-les-expos-du-pavillon-populaire.htm