Retour sur les tables rondes environnementales des Rencontres Capitales 2013

Fausser la donneVu par Zibeline

• 14 novembre 2013⇒16 novembre 2013 •
Retour sur les tables rondes environnementales des Rencontres Capitales 2013 - Zibeline

Les Rencontres Capitales 2013 ont rassemblé énormément de monde au Palais du Pharo, dont une grosse proportion de jeunes attirés par le thème «Devons-nous changer de société ?», et la perspective de pouvoir s’entretenir avec de nombreuses personnalités sur des questions cruciales. Notamment environnementales, car la façon dont ils vont s’approprier l’encombrant legs de leurs aînés sera déterminante pour l’avenir. Malheureusement ceux qui espéraient trouver un terrain favorable à leurs interrogations, un exposé clair des enjeux, et surtout des pistes stimulantes pour agir en assistant à la table ronde intitulée Gaz de schiste, nucléaire, énergie renouvelable : comment créer un modèle énergétique durable ? ont dû repartir très déçus. Sur le plateau, quatre hommes, tous manifestement pro-nucléaire et gaz de schiste. Pour Jean-Louis Schilansky, président de l’Union Française des Industries Pétrolières, la question ne se pose même pas : «la sortie du nucléaire est impossible en France», et «un jour il faudra changer nos modèles de consommation énergétique, mais personne ne sait plus quand» !

Ni Claude Acket (retraité d’AREVA), ou Bruno Goffé (CNRS), ni Didier Roux (Académie des Sciences) ne le démentent. Lorsque l’animatrice pose cette question ahurissante en soi : «Est-ce qu’on doit demander leur avis aux français sur la question du gaz de schiste, ou les scientifiques doivent-ils décider ?», il répond sans sourciller : «L’opinion publique s’est exprimée très clairement sur ce sujet. La France et la Bulgarie sont les seuls pays à avoir interdit la fracturation hydraulique dans le monde… Nous proposons à l’État une expérimentation pour changer d’avis.» Devant l’absence totale de place laissée au débat contradictoire, un membre du public s’interroge : faut-il aller directement se pendre ?, récapitulant ainsi en une formule lapidaire les charmantes perspectives laissées à l’assemblée par ces messieurs.

… et pourtant !

À ceux qui n’auraient pas été totalement écœurés par l’unilatéralité du propos, restait la possibilité le lendemain d’assister à la table ronde Climat, biodiversité, préservation de l’eau : quelles sont les solutions pour protéger notre terre ? Heureusement bien plus équilibrée, elle donnait lieu à un échange fourni, éclairé en particulier par la présence de Valérie Masson-Delmotte (climatologue, lauréate du prix Joliot-Curie la désignant comme «femme scientifique de l’année 2013»). Pour Ghislain de Marsily (hydrologue), les dirigeants politiques ont une vision à court terme des questions environnementales, or «il faut donner l’exemple, comme dans le cas de l’esclavage, supprimé pour la 1re fois en 1833 au Royaume Uni, en 1848 en France, et seulement en 1963 au Qatar !» Valérie Masson-Delmote renchérit : «il est vital de construire une culture générale» de l’écologie, pour que tous, industriels comme individus, en tiennent compte. D’après Philippe Maillard (Groupe Suez), «reconquérir la qualité de l’eau en France est possible à 30 ou 40 ans, à partir du moment où l’on prend des mesures contres les pesticides».

Qu’est-ce qui inquiète ces intervenants ? Les famines, la croissance démographique, et surtout selon Gilles Escargel (paléontologue de l’Université de Lyon), l’inconscience environnementale, «le fait de se croire tout puissant dans un monde sous-contrôle». Qu’est-ce qui les rend optimistes ? «La prise de conscience de ces enjeux depuis 20 ans».

Voilà qui permet de nuancer le jugement porté sur les débats organisés par les Rencontres Capitales. On ne saurait trop suggérer aux organisateurs d’inviter à l’avenir un peu plus de personnalités comme Pierre Rabbhi (présent lors de l’édition précédente), qui ont des propositions concrètes à faire, par exemple en matière d’agro-écologie… et un peu moins d’experts préférant s’enferrer dans des «solutions» ayant prouvé leurs capacités destructives.

GAËLLE CLOAREC
Novembre 2013

Photo : Rencontres-Capitales-2013-intervenants-Claude-Acket-Bruno-Goffé-Didier-Roux-et-Jean-Louis-Schilansky

Les Rencontres Capitales ont eu lieu du 14 au 16 novembre au Palais du Pharo, Marseille.

Lire aussi notre retour sur le concert de clôture de Jean-François Zygel : https://www.journalzibeline.fr//critique/ouvrir-des-portes/