Berlioz à l'honneur au GTP

Fantastique BerliozVu par Zibeline

Berlioz à l'honneur au GTP - Zibeline

Le Cercle de l’Harmonie a posé ses valises au Grand Théâtre de Provence depuis la saison dernière. L’orchestre de Jérémie Rhorer s’y attelle, dans la continuité de son travail historiographique, à la redécouverte du répertoire du XIXe siècle. L’entreprise n’est pas nouvelle, et on pourra notamment trouver quelque peu artificielle la jonction entre le lyrisme sans ambages de Berlioz et la subtile légèreté de Rossini, qui semblera en comparaison traitée au degré zéro. Il faut cependant admettre que la phalange ne manque ni de texture, ni de cohésion. Le métal des vents le dispute à l’onctuosité des cordes, la finesse des traits l’emporte toujours, les emportements sont maîtrisés mais jamais endigués. Un peu flous en ouverture sur la Marche Hongroise extraite de La Damnation de Faust, les contours se précisent au fil du concert, jusqu’à ce que la marche soit rejouée en bis : la complicité et la solidité de l’orchestre ne font alors aucun doute. Entretemps, le voyage autour du plus grand romantique français a exploré intelligemment la versatilité de son répertoire et de ses influences. La voix souple et fournie d’Éléonore Pancrazi a su faire entendre tout le tragique du Spectre de la Rose et le bel canto de l’Air de la Romance du Saule, extrait de l’Otello rossinien, précédé d’un morceau de bravoure aux harpes. Le Chœur du conservatoire Darius Milhaud, composé d’étudiants du conservatoire et d’amateurs, s’est illustré dans des pages pourtant réputées ardues : L’Adieu des Bergers, extrait de L’Enfance du Christ, rendu ici à ses inspirations chorales et bachiennes, et le Chœur des Pèlerins de Tannhaüser, puissant, ample et flegmatique. L’enchaînement sur le Bal de la Symphonie fantastique esquisse savamment le croisement entre la danse apollinienne et la noirceur à l’œuvre dans la narration symphonique. Jeu de nuances que le bisLa Marseillaise dans son orchestration berliozienne-, certes redoutablement efficace, évente quelque peu.

Suzanne CANESSA
Janvier 2020

Concert donné le 10 décembre au GTP, Aix-en-Provence

Photo : Le Cercle de l’Harmonie © Jérôme Jouve

Grand Théâtre de Provence
380 Avenue Max Juvénal
13100 Aix-en-Provence
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net