L'Oratorio de Noël par Laurence Equilbey conclut 2021 au Grand Théâtre de Provence

Exultez, réjouissez-vous !Vu par Zibeline

L'Oratorio de Noël par Laurence Equilbey conclut 2021 au Grand Théâtre de Provence - Zibeline

Donné dix jours avant la fin de l’avent, le célèbre Oratorio de Noël de Jean-Sébastien Bach a empli de joie le Grand Théâtre de Provence. Donnée en deux temps à la Seine Musicale avant de faire escale à Aix, la pièce maîtresse du Cantor de Leipzig s’est vue diviser en deux parties : les trois premières cantates en décembre, et les trois suivantes en janvier. Ce choix d’interprétation fut en effet judicieux : le tout dépassant les trois heures, une exécution de l’ensemble, pourtant inenvisageable du temps de Bach, aurait pu rebuter les plus mélomanes. Il se double également, dans sa nomenclature même, d’une dimension intime. Rassemblés devant la scène, les quatre solistes dialoguent avec grâce avec le chœur Accentus et l’Insula Orchestra pour mieux insuffler au tout une teneur chambriste, là où beaucoup d’interprétations ont préféré emmener la pièce vers des sonorités symphoniques. Sous la direction avisée et mesurée de leur cheffe Laurence Equilbey, l’ensemble, qui fêtait cette année ses trente ans, comme la phalange fondée en 2012 explorent tout au long de l’opus des pages riches en couleurs et en expressivité. La complicité à l’œuvre, tangible, sublime la lisibilité des lignes et la cohérence des phrases. À peine pourra-t-on regretter quelques couacs lors des nombreuses interventions des trompettes… malheureusement inévitables sur des instruments d’époque sollicités aussi systématiquement. Côté solistes, c’est également un sans-faute : la soprano Nuria Rial et l’alto Corinna Scheurle jouent habilement de leurs contrastes, de même que le baryton Samuel Hasselhorn et le ténor Julian Pregardien. La première livrera, en duo avec le baryton, un « Herr, dein Mitleid » de haute volée ; la seconde, dès les débuts de la pièce, brillera sur « Bereite dich » en dialoguant habilement avec le hautbois d’amour ; quand Pregardien, dans la droite lignée de son père Christoph, se révèlera un évangéliste d’anthologie. On en redemande déjà !

SUZANNE CANESSA
Décembre 2021

Ce concert a été joué le 14 décembre au GTP, Aix-en-Provence

Photo © Julien Benhamou

Grand Théâtre de Provence
380 Avenue Max Juvénal
13100 Aix-en-Provence
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net