Le Banquet annuel de la confrérie des Fossoyeurs, dernier né de Mathias Énard

Exode et fictionLu par Zibeline

Il y a de toute évidence un peu de Mathias Énard dans le personnage, pourtant peu reluisant, de David Mazon. Tout comme cet indécis doctorant en ethnologie, l’auteur a fait le pari d’un séjour d’observation à la campagne pour y articuler sa pensée. Cette « Pensée Sauvage », nom dont il baptise son lieu de résidence, est ici le lieu fictif où s’installe le narrateur pour observer les habitants des marais poitevins ; la « Pensée Sauvage » qui a vu naître les prémices du roman est une résidence d’auteurs nichée dans les [...]

Cet article est reservé aux abonnés


Vous n'êtes pas abonné ? Pour lire le contenu premium de Zibeline :

Abonnez-vous



Déjà abonné ? Connectez-vous