Vu par Zibeline

Ambra Senatore : une esthétique du clin d'œil et des collages surréalistes au château d’If

Évasion magique et facétieuse au château d’If

Ambra Senatore : une esthétique du clin d'œil et des collages surréalistes au château d’If - Zibeline

La proposition du Théâtre du Merlan en coréalisation avec le centre des Monuments Nationaux dans le cadre de « Monuments en mouvement« , incite à la rêverie. C’est en effet à une véritable évasion loufoque et dadaïste que nous convie la chorégraphe italienne, directrice du CCN de Nantes, Ambra Senatore. Accompagnée de quatre danseurs de sa compagnie EDA (Matteo Ceccarelli, Elisa Ferrari, Giselda Ranieri, Antoine Roux-Briffaud), elle explore tous les possibles du château, de son architecture, de ses mythes, de ses fables, de ses mots inscrits, déchiffrés puis psalmodiés. La déambulation dansée se fait théâtre puis chant puis successions de scènes rythmées dans lesquelles les postures et les gestes se déploient en jeux d’onomatopées incantatoires. L’humour et la proximité avec le public sont privilégiés, et l’énergie virevoltante emporte tout le monde, public comme touristes pris au dépourvu. « L’humain traverse toutes mes pièces », affirme Ambra Senatore. « Je cherche une danse qui rencontre les gens et propose une relation humaine, laissant la place à la fragilité, au doute, au sens critique, au partage et à l’humour ». La rencontre  opère par la magie de l’écart, du détournement, de la parodie qui, sans jamais délaisser la beauté des corps dansant dans l’espace, dansant l’espace et le réinventant, conduit le spectateur de l’Histoire du Monument aux petites histoires chantées et dansées, reprises en chœur par ceux qui, sans s’en apercevoir se trouvent au sommet d’un monument dominant la ville, et découvrent deux danseurs s’évadant avec un crocodile gonflable vert pimpant. Les fariboles sans queue ni tête n’étaient pas si légères et univoques : peut-être visaient-elles à montrer que la Geste chorégraphiée, insouciante et burlesque, est le paravent nécessaire pour nous évader de nos prisons, qu’elles soient intérieures ou extérieures…

On redescend sur terre la tête emplie d’étoiles. On retrouvera Ambra Senatore les 8 et 9 février au Merlan pour Scena Madre.

DELPHINE DIEU
Octobre 2017

Proposition dansée le 24 septembre au Château d’IF, dans le cadre de la saison du Théâtre du Merlan, Marseille.

Photographie Ambra Senatore © DR


Théâtre le Merlan
Scène Nationale
Avenue Raimu
13014 Marseille
04 91 11 19 30
http://www.merlan.org/