Vu par Zibeline

Quitter la terre : une fable moderne de Joël Maillard

Et si tout recommençait ?

Quitter la terre : une fable moderne de Joël Maillard - Zibeline

Le metteur en scène-comédien Joël Maillard s’est attaché à réinventer l’histoire de notre humanité. Celle de nos origines sur une terre vivante que ses habitants se sont employés à détruire en la grignotant peu à peu, en détruisant l’équilibre des espèces vivantes et la biodiversité. Trop d’égoïsme, trop de soif de pouvoir, trop d’attirance pour les profits… Partant du constat que l’humanité court à sa perte et à celle des autres espèces, il a imaginé une fiction pleine d’humour, même si elle fait trembler d’effroi. Imaginez un peu : 50 000 terriens seraient expédiés sur une centaine de stations orbitales pendant que d’autres seraient condamnés en devenant stériles sur une planète dévastée. La vie dans ces stations serait communautaire ; aucune intimité, nourriture essentiellement composée de cucurbitacées, pas de livres, encore moins d’encyclopédies. Seuls des cahiers vierges et des crayons sont mis à la disposition des « stationautes » afin qu’ils puissent consigner leur expérience ou écrire les souvenirs de leur vie antérieure. Ils doivent aussi veiller scrupuleusement à se reproduire. L’expérience dure environ un siècle durant lequel la terre est redevenue « vierge » et prête à recevoir ces « nouveaux » humains qui vont la repeupler et qui ont tout à réinventer, bien sûr ! Joël Maillard est un pince sans rire étonnant qui cherche à nous faire réagir à la situation actuelle où les déclarations d’intention font florès mais sont étouffées par les intérêts économiques et les lobbys. Le comédien est accompagné de Joëlle Fontanaz ; leur duo fonctionne parfaitement avec ce qu’il faut de complicité et de clin d’œil au public comme ceux de deux clowns naïfs et déjantés. Le dispositif se réduit à une table et un carton, mais des projections d’images dessinées expliquent les structures des stations et illustrent le retour sur la terre. La bande son originale de Louis Jucker dialogue avec les comédiens et participe à l’univers loufoque de cette fable moderne. Saisissant !

CHRIS BOURGUE
Juillet 2018

Quitter la terre écrit et mis en scène par Joël Maillard s’est joué au 11, Gilgamesh Belleville et fait partie de l’excellente sélection suisse au Festival OFF d’Avignon

Photographie : Quitter la terre © Simon Letellier