Aux Bernardines, la rencontre entre Sara Llorca et Omar Youssef Souleimane fait chou blanc

Et la terre se fissureVu par Zibeline

• 7 mars 2020 •
Aux Bernardines, la rencontre entre Sara Llorca et Omar Youssef Souleimane fait chou blanc - Zibeline

Le travail collectif de Sara Llorca, Omar Youssef Souleimane et Guillaume Clayssen, tous trois à l’origine de La terre se révolte, déçoit.

En s’inspirant librement du livre d’Omar Youssef Souleimane, Le petit terroriste (paru en 2018 chez Flammarion), l’auteure et metteure en scène Sara Llorca visait à prolonger dans la fiction sa propre rencontre avec l’écrivain syrien. Andréa (Lou De Laâge), étudiante en philosophie, demande un entretien à Wissem (Elie Youssef et Logann Antuofermo), poète syrien réfugié à Paris dont elle écoute le témoignage à la radio, après les attentats de Paris. La jeune femme est en recherche de passerelles entre islam et philosophie des Lumières.

D’entrée de jeu, le récit de cet ancien salafiste devenu athée en épousant la littérature ne parvient pas à éviter les écueils sur l’affrontement entre islam radical et modéré, les questionnements existentiels d’un artiste en exil, le dialogue entre Orient et Occident, l’interventionnisme étranger en Syrie, les conflits identitaires et familiaux… La rencontre avec celle qu’il ne pourra s’empêcher de vouloir séduire n’élèvera pas le niveau d’une œuvre poussive et affaiblie par les poncifs. Bien qu’Andréa cumule le fait d’être la petite-fille d’un exilé antifranquiste et d’avoir grandi dans la cité cosmopolite Karl Marx à Bobigny, elle frôle la névrose. L’un comme l’autre échouent à nous émouvoir.

Un cube ouvert et rotatif comme décor, l’utilisation de la musique, les interventions d’une danseuse (Ingrid Estarque), des apparitions de René Descartes (Tom Pézier), le dédoublement du personnage central et des scènes de flash-back jouées hors du cadre auraient pu être autant d’atouts pour apporter un souffle salvateur à la pièce. Mais de la direction d’acteurs à la scénographie, en passant par l’écriture et le jeu, le résultat passe à côté de toutes les ambitions.

LUDOVIC TOMAS
Janvier 2020

La terre se révolte a été créée le 21 janvier et jouée jusqu’au 25 au Théâtre des Bernardines, Marseille

Photo : © Raphaël Arnaud

À venir
7 mars
Théâtre Liberté, scène nationale de Toulon

Théâtre des Bernardines
17 Boulevard Garibaldi
13001 Marseille
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net/

Théâtre Liberté
Grand Hôtel
Place de la Liberté
83000 Toulon
04 98 00 56 76
www.theatre-liberte.fr