Vu par ZibelineBrahms par Florent Héau, Jérôme Pernoo, Jérôme Ducros et le Quatuor Voce

Estampes pour rossignol

Un siècle après le célèbre Quintette pour clarinette et cordes de Mozart, Johannes Brahms s’attelait à son tour à l’envoûtant instrument à vent. De même que la rencontre du jeune compositeur avec Anton Stadler s’était avérée décisive, celle de Brahms avec le clarinettiste Richard Mühlfeld fut à l’origine de quatre œuvres marquantes de sa dernière période, qu’il dédia à l’interprète, qualifié du doux sobriquet de « cher rossignol ». Dans la lignée de la mélopée mozartienne, l’instrument ajoutait à la grâce mélodique de ses possibles un penchant nouveau pour le [...]

Cet article est reservé aux abonnés


Vous n'êtes pas abonné ? Pour lire le contenu premium de Zibeline :

Abonnez-vous



Déjà abonné ? Connectez-vous