Soirée "Cuba" aux Variétés le 27 novembre

Escale Cuba

• 27 novembre 2014 •
Soirée

C’est à Cuba, en Méditerranée Caraïbe, que les Rencontres d’Averroès ont fait escale ce jeudi 27 nov, avant le temps fort du week end, au Parc Chanot. La soirée organisée au cinéma Les Variétés a proposé en un premier temps, la découverte de 3 noticieros parmi les 1490, produites de 1960 à 1990 par l’ ICAIC ( Institut Cubain de l’Art et de l’Industrie Cinématographique). Michel Raynal, directeur-adjoint des collections de l’INA a présenté avec passion, l’histoire de ces petits films en noir et blanc, souvent proches du documentaire, tournés en 35 mm, inscrits désormais au Registre de la mémoire du Monde de l’Unesco. Leur naissance juste après la Révolution sous l’impulsion d’Alfredo Guevara et de Santiago Alvarez, leur ambition de rendre compte de l’actualité cubaine et internationale du point de vue révolutionnaire, leur grandeur et décadence, le «syndrome du vinaigre» qui faillit les détruire, leur sauvetage et leur numérisation grâce à la synergie des talents de l’ICAIC et de l’INA. Formidable fonds pour les historiens, ces films répondant à la propagande américaine, véhiculent en contrepoint celle du gouvernement de Castro : la patrie ou la mort !  Les sujets exaltent la fraternité entre les peuples socialistes, l’édification d’une économie autonome, le rôle de l’éducation de masse. Pourtant, ils ne peuvent se réduire à cette fonction. Les réalisateurs, dont beaucoup sont devenus des grands du cinéma cubain, saisissent la vie avec un humour tendre, et les bandes-sons surprenantes parfois, s’éloignent de l’académisme qui corsète le genre. La musique, comme interface entre les mondes, est au cœur des Méditerranées et du mélo d’animation de Fernando Trueba et de Javier Mariscal : Chico et Rita  (2011) projeté en 2è partie. Petit bijou de sensualité et d’intelligence, au graphisme proche de celui de Ted Benoît, ligne noire et à-plats colorés. On y entend le jazz de Dizzy Gillespie et de Charlie Parker, celui de Bebo Valdés auteur de la BO. De La Havane de Battista, casino-bordel des USA, à celle de Castro qui proscrit la musique «impérialiste», en passant par l’Amérique raciste des années 50, le voyage est un peu mélancolique. C’est celui des rêves perdus, celui d’une histoire d’amour qui traverse le temps sans jamais vraiment réussir à durer.

ELISE PADOVANI
Novembre 2014

(C) :  Fernando Trueba Producciones Cinematográficas S.A, Estudio Mariscal S.A, Magic Light Pictures ( Chico et Rita) IOM Limited

 

Cinéma Les Variétés
37 rue Vincent Scotto
13001 Marseille
facebook.com/Cinemalesvarietes