Vu par Zibeline

Mars en baroque bat son plein. Retour sur les 1ers concerts

Errances spirituelles…

• 7 mars 2014, 11 mars 2014 •
Mars en baroque bat son plein. Retour sur les 1ers concerts - Zibeline

Pour le concert d’ouverture de Mars en baroque, le 7 mars à l’abbaye de Saint Victor, l’ensemble Concerto Soave, dirigé du clavecin par Jean-Marc Aymes, a fait découvrir au public marseillais un formidable oratorio de Giovanni Bononcini représenté pour la première fois en 1701. Avec un équilibre frisant la perfection, une austérité n’excluant pas l’émotion, c’est tout  un monde sonore d’airs et ritournelles qu’on a goûté, de symphonies et ensembles vocaux, passant du récitatif narratif à la vocalise enluminée, sur une trame harmonique matinée de dissonances figurant le dilemme, un combat interne tiré des Évangiles. Car La Conversion de Marie-Madeleine scrute véritablement l’âme de l’héroïne biblique, pécheresse abandonnant sa vie de courtisane pour la repentance. Deux heures durant, la future et fidèle disciple du Christ (poignante María Cristina Kiehr) est tiraillée entre les Amours Divin (Violaine Le Chenadec) et Profane (Etienne Bazola), hésite, résiste avant de céder aux injonction de Marthe, sa sœur incarnée par une magnifique contralto au timbre profond (Alice Habelion), moment précis d’une pure beauté et climax émotionnel de l’ouvrage.

… et claviers spiritueux !

C’est ensuite dans l’intimité du Temple de la rue Grignan qu’a eu lieu, le 11 mars, le 2e concert du festival. Plus de voix, certes, mais les cordes d’Alessandro Ciccolini et Patrice Focardi (violons), Emanuele Marcante (alto), Gaetano Nasillo (violoncelle) n’ont pas manqué de chanter, mélodies sans paroles dialoguant, grâce à Bach, avec deux superbes clavecins. Le sang du Kantor doit un peu couler dans les doigts de Jean-Marc Aymes tant le ruisseau de notes qui sourd du Concerto BWV 1053 sur le clavier baroque donne le tournis. Puis c’est le paisible et fameux cantabile du BWV 1056 que répand Benjamin Allard en perles délicates dans l’enceinte sacrée. Dans le Double concerto BWV1061 enfin, on atteint un sommet d’effervescence stéréophonique. Les double-croches pétillent comme du champagne… et le public, un peu grisé, en redemande !

JACQUES FRESCHEL
Mars 2014

Le Festival Mars en baroque se poursuit à Marseille jusqu’au 29 mars (sauf St-Cannat le 20 mars)

www.marsenbaroque.com

Photo : Mars-en-Baroque,-Concertos-clavecins,-Temple-Grignan-c-J.F